Christophe Lutundula : »Une tâche accomplie, mais une mission à poursuivre « 

* Les participants notent la nécessité de redynamiser les sections de coopération

Près de 93 recommandations ont été formulées au terme de la  12ème conférence diplomatique qui s’est tenue du 26 au 28 février dans la capitale congolaise sous le thème :  »  La diplomatie au service du développement de la RDC et de la paix « . A la clôture de ces assises, le   vice-Premier ministre, ministre des Affaires étrangères, Christophe Lutundula Apala Pen’Apala s’est réjoui de l’aboutissement heureux de ces assises. C’est une tache accomplie, mais c’est une mission à poursuivre vu le volume des recommandations formulées, a-t-il ajouté.

Selon lui,  réaliser l’ambition légitime du Chef de l’État, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, celle de hisser la RDC au niveau des pays prospères qui comptent sur l’échiquier international, exige de l’audace à la limite de la témérité, de l’abnégation du soldat, des moyens importants, de la patience d’orfèvre et un travail de titan qui s’inscrit dans la durée et fait du temps son allié « . C’est l’une des leçons à tirer de ces trois jours des travaux de Kinshasa.

Cependant, a indiqué le VPM Lutundula, le Forum de Kinshasa a permis aux acteurs de la diplomatie congolaise de se parler, de se requinquer et de consolider les passerelles indispensables entre eux, gages de l’efficacité et de l’efficience de la politique extérieure de la République.

Puis, il a poursuivi, la troisième leçon  à  tirer de l’organisation de cette rencontre est celle de fournir aux professionnels un éclairage pour mieux comprendre la démarche, les initiatives et actions du Chef de l’État ainsi que du gouvernement dans les relations avec les partenaires extérieurs bi et multilatéraux.

Le patron de la diplomatie congolaise a soutenu que la quatrième leçon est une exigence d’un engagement fort d’agir. C’est ainsi qu’il a  invité les participants à ces assises à renouveler  le serment de servir toujours la République et d’exécuter fidèlement, sous la très Haute Autorité du Chef de l’État, ses directives ainsi que les recommandations de la 12ème Conférence dans le cadre du programme du gouvernement pour redorer l’image de la RDC à l’étranger.

Enfin,  la dernière leçon porte sur la nécessité du soutien. D’après lui, aucune action diplomatique ne peut produire les résultats escomptés si elle ne bénéficie du soutien politique du Président de la République et du Parlement ainsi que du soutien matériel du gouvernement. Christophe Lutundula n’a pas manqué de  solliciter le soutien  des opérateurs économiques, créateurs des richesses et des emplois. Aussi, le dynamisme et la créativité des opérateurs économiques sont parmi les conditions sine qua non d’une matérialisation fructueuse des accords de coopération et des partenariats conclus avec les autres États, les organismes internationaux et les investisseurs privés.

Nécessité de redynamiser les sections de coopération

Pour une bonne diplomatie au service du développement de la  nation, les participants à la 12ème Conférence diplomatique ont dans le communiqué final sanctionnant la fin de ces assises, lu par le secrétaire général aux affaires étrangères, Kabongo Joska,  formulé 93 recommandations aux autorités du pays. Ces recommandations sont regroupées en quatre secteurs.

Concernant la coopération internationale et la francophonie, les participants  ont souligné la nécessité de redynamiser les sections de coopération au sein des représentations diplomatiques de la RDC et l’adaptation des accords de coopération conclus avec les partenaires bi et multilatéraux, face aux enjeux actuels des relations internationales.

Par ailleurs, ils ont suggéré la nécessité   d’accorder la priorité à l’expertise nationale par rapport à l’assistance technique étrangère qui est coûteuse, la redynamisation et l’encouragement des projets intégrateurs avec les neuf voisins de la RDC, dans le cadre de la politique de bon voisinage. 

Ils ont également recommandé l’intensification de la coopération régionale et internationale dans une approche privilégiant le renforcement des relations économiques et des échanges commerciaux ainsi que des partenariats gagnant-gagnants, etc.

S’agissant de la politique extérieure, la sécurité et la diplomatie, les  participants ont recommandé l’établissement du ministère des Affaires étrangères dans son rôle d’unique interface des Missions diplomatiques et Organisations internationales accréditées en RDC.

Ensuite, Ils ont proposé de rappeler aux autres Institutions et ministères de ne pas engager la responsabilité du pays, sans  » les pleins pouvoirs  » délivrés par les Affaires étrangères, de faire comprendre aux ministères sectoriels et services publics de l’Etat la nécessité et le devoir de s’informer préalablement de tout ce qui touche aux relations extérieures auprès des Affaires étrangères.

Pour terminer, les participants ont recommandé l’établissement d’une synergie effective entre les Ambassades et Postes consulaires avec les Directions géographiques correspondantes de la Centrale, en renforçant l’autorité du ministère au travers des Directeurs-chefs de Service.

 Dans leur motion de soutien au premier diplomate congolais, les participants se sont engagés à travailler pour redorer l’image du pays à l’extérieur. Mathy Musau

Laisser un commentaire

Suivez-nous sur Twitter
eskort eskişehir - adana eskort - escort - izmit eskort - mersin eskort