Sixième sommet UE-UA à Bruxelles pour relancer des investissements Afrique-Europe

* En l’absence du président Félix Tshisekedi,  la RDC sera représentée par son 1er ministre Sama Lukonde, apprend-on.

Les dirigeants des États membres de l’Union européenne (UE) et ceux de l’Union africaine (UA) se réunissent à Bruxelles en Belgique les 17 et 18 février courant. Au centre des discussions, la sécurité, la crise au Sahel, les investissements, la santé, le climat sur fond de plusieurs enjeux. Au terme de ce sommet, les participants devraient adopter une déclaration conjointe pour une vision commune de la collaboration entre les deux continents d’ici à 2030. Suspendus par l’UA, le Mali, le Burkina Faso, le Soudan et la Guinée Conakry ne participeront pas au Sommet.

Le Sommet de Bruxelles intervient sur fond des défis d’une relation en quête d’un nouveau souffle pour un partenariat Afrique-Europe. à la hauteur des défis mondiaux.

La rencontre UE-UA abordera au total pas moins de sept thèmes, autour de sept tables rondes thématiques auxquelles participeront les chefs d’Etat ou de gouvernement avec un groupe d’invités sélectionnés qui sont des experts dans leurs domaines respectifs. . Le  financement de la croissance, les systèmes de santé et production de vaccins, l’agriculture et développement durable, l’éducation, culture et formation professionnelle,  migration et mobilité, le soutien au secteur privé et intégration économique,  la paix, sécurité et gouvernance, ainsi que le changement climatique et transition énergétique, [connectivité et infrastructure] numériques et en matière de transports sont les thèmes qui seront débattus dans des tables rondes.

La problématique  de la paix, de la sécurité et de la gouvernance ainsi que  les questions des opérations militaires au Sahel et des récents coups d’État en Afrique de l’Ouest devraient y être longuement discutées.  Une deuxième table ronde abordera les enjeux autour de la production de vaccins et des systèmes de santé. En effet, l’accès aux vaccins contre le Covid-19 est un sujet vital pour le continent africain, qui accuse les plus faibles taux de vaccination au monde.

Il y aura une table ronde consacrée au financement de la croissance. Les investissements annoncés par la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen et la stratégie Global Gateway devraient y être largement envisagés.

Une autre table ronde abordera le soutien au secteur privé et à l’intégration économique. Lors de l’annonce du plan régional sous Global Gateway depuis Dakar, la présidente de la Commission européenne avait précisé que le secteur privé aurait un rôle à jouer. L’Europe a besoin « de son expertise et de son fort investissement. » 

QUESTIONS DE L’EDUCATION, DE LA CULTURE

       Seront aussi examinées les questions de l’éducation, de la culture, de la formation professionnelle, de la migration et de la mobilité.

Lors de son discours sur la présidence française de l’Union européenne, Emmanuel Macron avait annoncé vouloir poursuivre « un partenariat commun dans le cadre du partenariat mondial pour l’éducation. » La forme de ce partenariat et ses enjeux devraient être évoqués autour de ces assises. 

L’agriculture et le développement durable seront le thème de la sixième table ronde. En mai 2018, l’UE et l’UA avaient créé un groupe de travail commun autour de la sécurité alimentaire africaine et des investissements agroalimentaires. Les priorités dans ces domaines feront partie des discussions de cette table ronde.

TRANSITION ENERGETIQUE

Enfin, la transition énergétique, les changements climatiques et la connectivité numérique et logistique seront au cœur de la dernière table ronde. En effet, le continent africain subit les conséquences du réchauffement climatique, alors qu’il n’est responsable que de 4% des émissions de gaz à effet de serre. Lors de la COP 26, qui s’est déroulée en 2021 à Glasgow, le négociateur Tanguy Gahouma-Bekalé avait urgé les pays occidentaux à respecter leur engagement pris lors de l’accord de Paris. L’Accord prévoit la dotation d‘un fonds de 100 milliards de dollars pour aider les pays en développement, notamment les pays d’Afrique, à faire face à la crise climatique. Mais ce fonds n’était toujours pas opérationnel au moment de la COP26 rapporte l’AFP.

Le sommet est une occasion unique de jeter les bases d’un partenariat renouvelé et approfondi entre l’UA et l’UE bénéficiant d’un engagement politique au plus haut niveau fondé sur la confiance et une compréhension claire des intérêts mutuels des deux parties. Sur le fond, l’objectif annoncé est de lancer les discussions autour des investissements Afrique-Europe à la hauteur des défis mondiaux tels que le changement climatique et la crise sanitaire actuelle.

       Le cinquième sommet entre l’Union africaine et l’Union européenne avait eu lieu les 29 et 30 novembre 2017 à Abidjan, en Côte d’Ivoire. A cette occasion, les dirigeants de l’UE et de l’UA avaient  adopté une déclaration conjointe exposant les priorités communes pour le partenariat UE-Afrique dans quatre domaines stratégiques: Perspectives économiques pour les jeunes ; paix et sécurité ; mobilité et migration ainsi que coopération sur la gouvernance.              Kléber KUNGU

Laisser un commentaire

Suivez-nous sur Twitter