Pyongyang affirme avoir tiré un missile balistique de portée intermédiaire de type Hwasong-12

SEOUL, 31 jan. (Yonhap) — L’Agence centrale de presse nord-coréenne (KCNA) a affirmé ce lundi que l’Académie des sciences de défense (ADS) a effectué avec succès hier un tir d’essai du missile balistique de portée intermédiaire Hwasong-12.

« L’évaluation du tir d’essai du missile balistique sol-sol de portée intermédiaire et longue de type Hwasong a été effectuée dimanche par l’Académie des sciences de défense, la 2ème Commission de l’économie et d’autres institutions », a déclaré la KCNA ce lundi.

« Le tir d’essai du Hwasong-12 vise à effectuer une évaluation sélective du missile (de type Hwasong) produit et déployé (sur le terrain) et à vérifier la précision générale de ce système d’arme », a affirmé la KCNA, qui a ajouté que « cela confirme la précision, la sécurité et l’efficacité opérationnelle du système d’arme de type Hwasong-12. »

Le Comité des chefs d’état-major interarmées (JCS) du Sud a déclaré hier que la Corée du Nord a effectué le tir d’un missile avec un angle aigu depuis Mupyong-ri, dans le nord de la province du Jagang, à 7h52, qui a volé sur une distance d’environ 800 km et à une altitude maximale de 2.000 km.

La province du Jagang était aussi là où ont été tirés les soi-disant missiles hypersoniques de septembre 2021 et des 5 et 11 janvier derniers.

A ce propos, la KCNA a indiqué que le tir a eu lieu dans la partie nord du pays en direction de la mer de l’Est avec un angle aigu « en considération de la sécurité des pays voisins » et a noté que « l’ADS a rendu public l’image de la terre prise depuis l’espace et capturée par la caméra installée sur la tête du missile ».

Les autorités militaires sud-coréennes ont estimé que le missile a parcouru une distance de 800 km et a atteint une altitude maximale de 2.000 km. S’il est tiré avec un angle de 30 à 45 degrés, la portée du missile s’élèverait entre 4.500 et 5.000 km, ce qui veut dire que le missile pourrait atteindre le territoire américain, notamment l’île de Guam, éloignée de 3.400 km de la Corée du Nord.

Le missile de type Hwasong-12 a été dévoilé lors d’un défilé militaire tenu en avril 2016 et son premier tir d’essai a eu lieu en septembre 2017 en présence du leader nord-coréen Kim Jong-un. Le tir d’hier d’un missile balistique de portée intermédiaire (IRBM) est le premier depuis le dernier tir d’un missile balistique intercontinental (ICBM) de type Hwasong-15 en novembre 2017.

Ce tir d’un missile balistique est la 7e démonstration de force effectuée par la Corée du Nord depuis le début de cette année. Le tir d’essai d’hier d’un IRBM fait craindre à la communauté internationale que la Corée du Nord reprend les essais nucléaires et de missiles balistiques intercontinentaux abandonnant son moratoire déclaré en avril 2018.

Le président sud-coréen Moon Jae-in a déclaré hier à propos de ce tir, lors d’une réunion plénière du Conseil de sécurité nationale (NSC), que la Corée du Nord s’apprête à mettre fin à son moratoire auto-imposé sur les tests de missiles balistiques intercontinentaux (ICBM).

Le 19 janvier dernier la Corée du Nord a évoqué l’éventualité de lever le moratoire sur les essais nucléaires et de missiles balistiques intercontinentaux lors de la 6e réunion du bureau politique du 8e Comité central du Parti du travail à Pyongyang. Dans cette réunion, Kim a demandé de réexaminer les mesures de confiance prises d’une manière globale et de traiter rapidement la question de redémarrer toutes les activités qui ont été suspendues temporairement.

La Corée du Nord a déclaré un moratoire sur les essais nucléaires et de missiles balistiques en avril 2018 mais les négociations nucléaires entre Washington et Pyongyang sont dans une impasse depuis le sommet de Hanoï en février 2019.

Laisser un commentaire

Suivez-nous sur Twitter