Le PPRD reporte sa cérémonie d’échanges des vœux pour observer le deuil en mémoire des Congolais disparus

Le Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD) est consterné par la succession d’évènements tragiques qui endeuillent la République démocratique du Congo. C’est à cet effet qu’il a reporté sa cérémonie d’échanges des vœux pour observer le deuil en mémoire des Congolais disparus depuis le début de l’année. D’où, les condoléances aux familles des victimes d’accidents et de guerre, à travers une déclaration diffusée hier jeudi 3 février à Kinshasa.

Au regard de ce message émis par Emmanuel Ramazani Shadary, le Secrétaire permanent du parti, la formation politique de Joseph Kabila compatit à la douleur des familles éplorées. Particulièrement par les accidents de circulation qui se sont produits hier dans la commune de la N’Sele, à Kinshasa, et dans la province du Kongo central où deux véhicules ont connu une collision.

Le PPRD regrette, en outre, le décès d’une vingtaine de compatriotes, électrocutés hier à Matadi-Kibala, à la lisière entre Kinshasa et le Kongo central, à la suite du  »sectionnement d’un conducteur de phase sous-tension de la Société nationale d’électricité (SNEL) ».   

Compassion

La formation politique de Joseph Kabila s’associe, par ailleurs, à l’ensemble de Congolais, peinés par tant d’autres pertes en vies humaines enregistrées depuis le début de l’année. Elle témoigne ainsi sa solidarité à l’égard des familles de victimes des massacres de Beni (Nord-Kivu) et, tout récemment, de Djugu (Ituri), dépiécées à l’arme blanche par des miliciens, pour la plupart étrangers.

Le parti du chef de l’Etat honoraire compatit aussi à la douleur des familles de militaires congolais, tombés sur différents fronts, dans leur quête de défendre l’intégrité territoriale. « Que Dieu Tout-Puissant accueille leurs âmes et que la terre de nos ancêtres leur soit douce et légère« , entonnent les cadres et militants du PPRD, mobilisés autour d’Emmanuel Ramazani Shadary.        Yves KALIKAT

Laisser un commentaire

Suivez-nous sur Twitter