Jean-Jacques Mbungani : « Il est temps de lever le couvre- feu »

«Le moment est arrivé. Il est temps   de lever le couvre-feu. Nous devons aller vers l’allègement des mesures». Ministre de la Santé publique, Hygiène et Prévention, Jean-Jacques Mbungani pèse bien ses mots lorsqu’il  s’adresse aux journalistes, invités le samedi dernier à sa conférence de presse, axée sur le Covid-19.

     Appelé à éclairer l’opinion sur la situation générale de la pandémie de coronavirus en République démocratique du Congo, le patron de la Santé se montre optimiste au regard des statistiques avancées. Selon Jean-Jacques Mbungani, l’heure a sonné pour  alléger les mesures de lutte contre cette pandémie.

A la lumière des données recueillies du 10 mars 2020 au 03 février 2022, 85.685 cas de covid-19 ont été confirmés, dont 1.310 décès. Actuellement, insiste le ministre, toutes les 26 provinces du pays sont touchées par la pandémie avec Kinshasa comme épicentre. A ce jour,  388.276   personnes vaccinées pour la première dose (0.72%) et 224.958 personnes complètement vaccinées (0.42 %) sont répertoriées, a fait remarquer le numéro 1 de la Santé publique. 

D’après Jean-Jacques Mbungani, «cet état de fait prouve que nous sommes encore très loin de l’objectif à atteindre». A cet effet, il évoque quatre raisons qui freinent l’élan des Congolais conviés à la vaccination. Il s’agit notamment de l’infodémie, de la faible perception du risque de la maladie au niveau communautaire, des barrières culturelles et de la peur des effets secondaires.

«C’est dans ce cadre que j’ai voulu vous convier à cette conférence de presse pour, non  seulement  vous mobiliser en tant que quatrième pouvoir, mais aussi vous doter des éléments à même de vous permettre de mobiliser, à votre tour, la population à travers vos différents médias», a indiqué Jean-Jacques Mbungani. 

« Les professionnels des médias peuvent emmener la population à comprendre qu’en plus de l’observance des mesures barrières, que la vaccination reste le moyen le plus efficace pour combattre le Covid-19. Et que les vaccins ne tuent pas, mais qui nous protège contre le fléau mondial», a-t-il martelé.

«Mobilisons-nous donc tous pour combattre cette pandémie afin de revenir à la vie normale», a lâché Dr. Jean-Jacques Mbungani. Tricya MUSANSI

Laisser un commentaire

Suivez-nous sur Twitter