Enfin, un protocole d’accord Gouvernement-professeurs pour la levée de la grève

*Cependant, la reprise effective des cours ne pourra intervenir qu’après les travaux de la commission paritaire prévus dans 72 heures.

Très bonne nouvelle pour les étudiants fréquentant les établissements publics de l’Enseignement supérieur et universitaire (ESU) en RD Congo. Le Gouvernement et les Représentants des associations des Profs des universités et des Instituts supérieurs du Congo (RAPUCO), ont finalement signé, hier lundi 14 février, un protocole d’accord pour mettre fin à la grève qui a paralysé ce secteur depuis le 5 janvier dernier. L’annonce a été faite par le ministre de tutelle, Muhindo Nzangi.

A en croire le ministre de l’ESU, les représentants des associations des professeurs des Université et des Instituts supérieurs congolais à ces négociations, amorcées il y a près de deux semaines, ont longuement échangé avec le Gouvernement sur leur cahier des charges.

Ce protocole d’accord fait suite à celui que le Gouvernement, représenté par ses ministres de l’ESU, du Budget et de la Fonction publique, avait conclu la semaine dernière, avec les délégués des corps scientifique et administratif de l’ESU. Ce qui avait permis la levée de la grève des chefs des travaux, des assistants et des administratifs.

Cependant, le cabinet du patron de l’ESU précise que la reprise effective des cours dans ce secteur ne pourra intervenir qu’après les travaux de la Commission paritaire Gouvernement-RAPUCO, prévus dans 72 heures. Question de mettre les points sur les i pour une année académique apaisée.

APPUI DE FELIX TSHISEKEDI AUX REFORMES

La grève à l’ESU est intervenue pendant que le ministre Muhindo a annoncé des réformes, dès cette année académique dans son secteur. Notamment, la restauration du système Licence-Master -Doctorat (LMD) dans toutes les universités du pays.

Cependant, le Chef de l’Etat congolais a conseillé au ministre de tutelle d’amorcer d’abord des travaux préparatoires avec les experts du secteur, avant la mise en œuvre effective de cette réforme. Au cabinet de Muhindo Nzangi, on soutient que cette suggestion du Président Félix Tshisekedi ne doit pas être considérée comme une objection. Bien au contraire, le projet est bel et bien appuyé par Fatshi.

« Soucieux du rayonnement de l’Enseignement supérieur et universitaire, le grand chancelier des universités congolaises, Félix Tshisekedi a salué la réforme LMD, avant d’évoquer les contraintes inhérentes à la mise en œuvre progressive de cette réforme« , peut-on lire dans un communiqué du cabinet du ministre Muhindo Nzangi, rendu public la semaine dernière.

Pra ailleurs, le même document précise que lors du conseil des ministres du vendredi 11 février courant, la question relative à la réforme LMD avait été reprise dans la communication du Chef de l’Etat. « La généralisation de ce système  LMD nécessite de réunir  certains préalables incontournables, en termes des textes réglementaires, de renforcement de capacité des ressources humaines et des infrastructures, afin de garantir l’efficacité, aussi bien du personnel enseignant et administratif que des étudiants, principaux bénéficiaires de cette réforme », avait souligné le Président Félix Tshisekedi, repris dans le compte-rendu de la réunion dudit Conseil des ministres.

On rappelle que pour plus d’efficacité de cette réforme, Félix Tshisekedi avait instruit six membres du Gouvernement de s’impliquer pour  remplir les préalables sus-évoqués, avant la mise en œuvre du système LMD en RDC. C’est dans ce cadre que les ministres en charge de la Recherche scientifique, des PTNTIC, du Numérique, des Infrastructures, du Budget et des Finances ont été invités à s’impliquer activement, pour accompagner et soutenir leur collègue de l’ESU, dans ce processus d’évaluation de mise en œuvre des recommandations du Chef de l’Etat.

« Contrairement aux calomnies et rumeurs distillées par certains médias et les ennemis de la réforme à l’ESU, il y a lieu de souligner que les résolutions des états généraux de l’ESU tenus à Lubumbashi avaient été soumises et adoptées par le gouvernement de la République lors du Conseil des ministres du 25 octobre 2021, présidé par le Chef de l’Etat Félix Tshisekedi, voilà qui traduit l’attachement du garant de la nation à l’ESU« , explique le cabinet de Muhindo Nzangi. Rachidi MABANDU

Laisser un commentaire

Suivez-nous sur Twitter