Des Kinois réagissent sur l’incendie de Matadi Kibala

Des kinois donnent des avis partagés sur le drame du marché de Matadi kibala qui a causé mort d’hommes hier mercredi. Selon les uns et les autres, les responsabilités sont partagées.

Willy Mfumi Kakaya(Architecte) : Les premiers responsables dans cette affaire, sont les pouvoirs publics. 

La snel n’a pas le pouvoir d’installer un marché en dessous des pylônes. Si les pylônes n’ont pas de para foudre, ça c’est un autre sujet, et encore faudra-t-il qu’il y ait des victimes collatérales pour que l’on parle imputation dommageable. L’arrêté Interministériel n° 0021 du 29 octobre  1993 portant application de la Réglementation sur les servitudes, dans son article 1er suffit pour servir de norme. Du moment qu’elle définit la servitude par rapport à la ligne à haute tension. En terme clair, quand nous prenons le milieu de la ligne à haute tension, nous devrions mesurer 25 mètres de part et d’autre, soit une emprise de 50m où il n’y a rien d’autre que le pylône et les câbles. Hors  dans le cas de Matadi Kibala, avec la complicité de ceux qui doivent faire respecter la loi, les servitudes sont spoliées par les marchés, les maisons d’habitation…. Les premiers responsables dans cette affaire, sont les pouvoirs publics. Quant à la snel, il faut  attendre que le droit soit dit pour déterminer son degré de responsabilité. En attendant, la snel peut jouir de la présomption d’innocence

Zéphyrin Makambu Kahumba (Juriste d’Entreprise et analyste politico-social) :  Le drame du marché Matadi Kibala remet à l’ordre du jour là question de la protection des vies humaines en RDC. Par son communiqué, la SNEL se dédouane et imputé la faute à la nature, c’est une foudre qui a frappé le câble haute tension.-

A bien voir les choses,  la responsabilité incombe à la SNEL et à l’Etat congolais. La SNEL : les lignes de transport de courant doivent être protégées (emprise) et être équipées du système para foudre. N’apprenons nous pas que des individus sans qualité tripotent les cabines de distribution du courant dans les quartiers au gré de leurs caprices?

Qu’est ce que la Snel a comme moyen de défense face aux plaintes de ses clients privés du courant électrique dans beaucoup de quartiers parce qu’on préfère donner du courant aux bars et terrasses pour obliger les gens à aller regarder les matchs de football et consommés de la boisson pour s’octroyer une place.

 L’Etat Congolais : la loi est baffouée parce que la limite légale imposée n’est pas respectée. La SNEL et l’Etat Congolais sont responsables pleinement.

Bertin Ntumba : (Président de l’Apromen) : A partir de cet incident, nous devrons ensemble dire : Plus jamais ça. Notre part, c’est  de parler et interpeller toutes les parties concernées. En tant que membres de l’élite de la RDC, cette histoire doit nous interpeller. A partir de cet incident, nous devrons ensemble prendre des dispositions et nous dire … Plus jamais ça. L’ouvrage :  » RDC, la République des inconscients  » de l’Honorable Modeste Mutinga pour interpeller l’élite de la RDC était-il un coup d’épée dans l’eau ?

Dans l’histoire de la Normalisation aux USA, on ne manque jamais l’occasion de rappeler la catastrophe de Baltimore ou  » l’incendie de Baltimore « .

En effet, un incendie s’est déclaré dans cette ville autour de 1904 et en dépit de toute l’infrastructure installée et des grands renforts qui venaient des villes voisines, plus de 1500 bâtiments ont été détruits par le feu à cause de l’incompatibilité des équipements qui ne pouvaient pas être raccordés. Un typique problème de normalisation.Cette histoire est restée gravée dans la mémoire collective des habitants de cette ville.  Propos recueillis par Dina BUHAKE

Laisser un commentaire

Suivez-nous sur Twitter
eskort eskişehir - adana eskort - escort - izmit eskort - mersin eskort