Une vieille tradition marque le ferme attachement de la Chine à un partenariat plus solide avec l’Afrique

NAIROBI, 4 janvier (Xinhua) — Le conseiller d’Etat chinois et ministre des Affaires étrangères Wang Yi a entamé mardi une visite dans trois pays africains, à savoir l’Erythrée, le Kenya et les Comores, poursuivant une tradition diplomatique de 32 ans suivant laquelle les chefs de la diplomatie chinoise choisissent l’Afrique comme première destination étrangère au début d’une nouvelle année.

Intervenant un peu plus d’un mois après la conclusion de la huitième Conférence ministérielle du Forum sur la coopération sino-africaine (FCSA) qui s’est tenue à Dakar, au Sénégal, la visite de M. Wang est emblématique de la grande importance que la Chine accorde à ses partenaires africains et symbolise le ferme attachement de Beijing à construire une communauté de destin sino-africaine dans la nouvelle ère.

En tant que pays et continent « frères » qui ont fait preuve de solidarité dans les moments difficiles et ont forgé une fraternité inébranlable dans leur lutte contre l’impérialisme et le colonialisme, la Chine et l’Afrique se sont toujours apportées une compréhension et un soutien mutuels.

Il y a environ 50 ans, les pays africains ont joué un rôle majeur en aidant la Chine à restaurer son siège légitime aux Nations Unies. Au cours des décennies qui ont suivi, les deux parties ont élargi leurs liens dans divers domaines, en particulier depuis la création du FCSA en 2000.

La Chine est le plus grand partenaire commercial de l’Afrique depuis plus d’une dizaine d’années. Dans le cadre de l’Initiative « la Ceinture et la Route » (ICR), les deux parties ont multiplié leurs efforts de coopération. A ce jour, la Commission de l’Union africaine (UA) et 52 pays africains ont signé des accords de coopération avec la Chine.

Le succès de la Chine dans la réalisation d’un développement rapide a inspiré la propre transformation socio-économique de l’Afrique. La Chine a également offert une assistance mutuellement avantageuse à l’Afrique alors que de nombreux pays occidentaux insistent toujours pour imposer des conditions préalables à une aide au continent.

Les infrastructures constituent une facette importante de la coopération sino-africaine. Selon les données officielles, depuis la création du FCSA, les entreprises chinoises ont aidé l’Afrique à construire et à moderniser plus de 10.000 km de voies ferrées, près de 100.000 km d’autoroutes, près de 1.000 ponts et 100 ports, ainsi que 66.000 km de transport et de distribution d’électricité.

Des défis urgents comme la pandémie de COVID-19 ont éprouvé puis renforcé les relations bilatérales. Alors que de nombreux pays occidentaux s’empressaient d’accumuler des vaccins malgré un nombre croissant de morts dans les pays sous-développés, la Chine a su tendre la main à ceux qui en ont besoin.

Ayant déjà fourni près de 200 millions de doses de vaccins, la Chine a récemment annoncé qu’elle fournirait un milliard de doses supplémentaires à l’Afrique, via des dons pour 600 millions de doses et par le biais de la production conjointe de vaccins entre les entreprises chinoises et les pays africains concernés pour 400 millions de doses.

La pandémie qui fait toujours rage a créé une amitié encore plus profonde entre la Chine et l’Afrique. Comme l’a déclaré le président chinois Xi Jinping lors de la cérémonie d’ouverture de la huitième Conférence ministérielle du FCSA, « ensemble, nous avons écrit un chapitre splendide de solidarité face aux changements complexes, et nous avons montré un exemple remarquable pour la construction d’un nouveau type de relations internationales« .

La Chine et l’Afrique inaugurent une nouvelle période historique dans leurs relations. Lors de la conférence ministérielle, la Chine et ses partenaires africains ont publié la Vision pour la coopération sino-africaine à l’horizon 2035, faisant un grand pas en avant dans la construction d’une communauté de destin sino-africaine dans la nouvelle ère.

La Chine est le plus grand pays en développement et l’Afrique est le continent qui compte le plus grand nombre de pays en développement. En partageant ce même statut de pays en développement, la Chine et les pays africains ont pour tâche commune de défendre leur souveraineté, de s’opposer à l’hégémonie et de réaliser leur développement.

Pour faire avancer davantage la construction de cette communauté et renforcer leurs liens traditionnels dans la nouvelle ère, la Chine et l’Afrique doivent redoubler d’efforts pour lutter contre la COVID-19 en toute solidarité, promouvoir le développement vert et défendre l’égalité et la justice sur la scène internationale.

Dans un monde encore embourbé dans des crises récurrentes et rempli d’incertitudes, la Chine et l’Afrique, comme de bons, vieux et vrais amis, ont de nombreuses raisons d’être encore plus solidaires, de promouvoir le bien-être de leurs propres peuples et de jouer leur rôle dans la construction d’un monde meilleur pour tous.

Laisser un commentaire

Suivez-nous sur Twitter
eskort eskişehir - adana eskort - escort - izmit eskort - mersin eskort