Tony Mwaba met le curseur sur une nouvelle convention Etat-écoles conventionnées

Le ministre de l’Enseignement primaire secondaire et technique (EPST) tient mordicus à réviser les conventions avec es écoles des confessions religieuses. C’est l’un des points qui ont été abordés, hier lundi 10 janvier au cours d’une réunion hebdomadaire avec des cadres de son administration. 

Le redressement du sous-secteur par la lutte contre les antivaleurs afin de remettre l’EPST ses lettres de noblesse, la consolidation et la pérennisation de la gratuité de l’enseignement primaire ont été évoqués lors de cette réunion. Ici, Tony Mwaba a rappelé que les choses sont claires surtout avec les précisions du Chef de l’Etat  lors de ses différentes interventions et ce, grâce aux travaux de Mbuela Lodge à Kisantu au Kongo Central. La gratuité ne concerne que l’école primaire. 

Les contacts informels avec les confessions religieuses avaient déjà débuté et souhaité avoir une nouvelle convention entre l’Etat congolais et les écoles conventionnées dès le début de l’année prochaine.

Il a appelé à l’organisation des élections syndicales afin de remettre de l’ordre dans ces structures de défense des intérêts des enseignants. Pour ce faire, le patron de l’EPST a déploré le désordre du banc syndical dans le secteur où l’on a eu plus de 500 participants à Mbuela Lodge. « Voilà pourquoi, si l’ordre n’est pas établi et surtout que ceux qui viennent, ne visent que l’argent, il risque d’organiser la commission paritaire au stade des Martyrs« , a-t-il averti.  

Le patron de l’éducation au niveau primaire et secondaire a saisi cette occasion pour annoncer  le déploiement d’une mission de la construction des 200 écoles dans les 58 provinces éducationnelles.

Chaque lundi, les directeurs chefs des services et les Inspecteurs généraux ainsi que les chefs de projets selon le besoin, autour du ministre de tutelle. 

Auparavant, le numéro 1 de l’EPST a présenté ses meilleurs  vœux pour 2022 à tous les participants à cette réunion.  Mathy Musau

Laisser un commentaire

Suivez-nous sur Twitter