L’hôpital général ex-Mama Yemo devrait justifier plus de 600.000 USD de fonds Covid

*Le rapport indique que seuls 80.000 ont été comptabilisés sur les 688.336 dollars de fonds Covid  accordés par le Gouvernement.

Le mouvement citoyen Filimbi et l’Observatoire de la dépense publique (ODEP) ont publié, hier   jeudi  20 janvier, au cours d’une conférence, un rapport sur le suivi des fonds publics liés à la gestion de la COVID-19, à l’hôpital général ex-Mama Yemo.

Selon ledit rapport, «la gestion des fonds alloués au Covid-19 a été très opaque.»  Des fonds publics ont été débloqués et des dons internationaux octroyé. Mais les renseignements sur les ressources effectivement affectées à la riposte restent encore inconnus. Sur les trois financements de 688.336 USD affectés à l’ex-Mama Yemo, seulement 80.000 USD ont pu être retracés. Pour ces deux structures de la Société civile, l’hôpital général ex-Mama Yemo doit justifier l’utilisation d’un peu plus de 607.548 USD.

«Nous avons rendu public aujourd’hui, ce premier rapport d’observation citoyenne effectuée à l’hôpital Maman Yemo. Il s’agissait de faire le suivi sur tout ce que Maman Yemo avait reçu pour appuyer ses activités dans le cadre de la riposte. La population doit retenir qu’il y a une forte mégestion. Sur les trois financements de USD 688.336,04 dont l’Hôpital a été bénéficiaire, il n’a été possible au regard des éléments déposés au ministère de la Santé d’effectuer la traçabilité de seuls USD 90.288,00 desquels, en plus des frais bancaires. USD 80.000 seulement ont pu être retracés. Et que donc, à ce jour l’Hôpital Général ex Mama Yemo doit justifier l’utilisation d’un peu plus des USD 607.548.04« , déclare Mino Luapenanga Bopomi, Coordonnateur chef du projet.    

Ce dernier affirme que l’équipe des membres de l’Observatoire déployé pour effectuer le suivi des dépenses liées à la Covid-19 à l’Hôpital général de Kinshasa ex-Mama Yemo n’a pas eu accès à la fiche de paie, au dossier de passation des marchés et aux factures.

Pour l’équipe qui a réalisé ce travail sur terrain, au regard de l’analyse sommaire des seuls éléments retraçant clairement les fonds publics alloués à l’Hôpital Général de Kinshasa ex Mama Yemo ainsi que la traçabilité des dépenses liées à l’utilisation desdits  fonds, « il est établi qu’il y a absence de transparence et la volonté manifeste de vouloir dissimuler et cacher les informations, les pièces ou encore les preuves pouvant permettre d’attester que les bénéficiaires finaux des frais et primes les ont effectivement perçus à travers une liste d’émargement ou des traces de virements bancaires dans leurs comptes respectifs. »  

Violation de loi relative aux marchés Publics     

Ce n’est pas tout. L’ODEP et Filimbi soulignent également que la plupart des marchés ont été passés de gré à gré, en violation de la loi relative aux marchés publics.

«La quasi-totalité des marchés publics a été passée de gré à gré sans recourir à la formule simplifiée de comparaison d’au moins trois factures de trois différents fournisseurs et ce, en violation de la Loi relative aux Marchés Publics ainsi que de l’article 9 du décret n° 010/34 du 28 décembre 2010 fixant les seuils de passation, de contrôle et d’approbation des marchés publics», lit-on dans le rapport.

Au chapitre des recommandations, l’ODEP et Filimbi demandent au Parlement  de «renforcer le contrôle en interpellant les différents gestionnaires de fonds Cavid-19».

Ces deux organisations de la société civile recommandent à l’IGF de «s’approprier le présent rapport et d’effectuer l’enquête à l’Hôpital Général de Kinshasa ex Mama Yemo ; élargir ses missions de contrôle de gestion des finances publiques auprès des institutions sanitaires ayant bénéficié de l’appui de l’enveloppe gouvernementale dans le cadre de la riposte a.i la Covid-19».

Elles ne s’arrêtent pas là et demandent à la justice de «se saisir du présent rapport afin d’instruire, juger et condamner toutes les personnes dont les actes de mauvaise gestion, de malversation ont été révélés dans ce présent rapport. »

La RD Congo est l’un des 50 pays dans le monde qui n’ont pas réussi à vacciner complètement 10 % de leur population contre le coronavirus – un objectif fixé par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Selon les estimations, environ  1 % des 89 millions d’habitants du pays ont été vaccinés. À ce jour, selon l’OMS, plus de 80 000 personnes ont contracté le coronavirus en RD Congo et 1278 d’entre elles sont décédées. Didier KEBONGO

Laisser un commentaire

Suivez-nous sur Twitter