Guy Loando échange avec les sénateurs de la Tshuapa sur les priorités de développement de leur province

*La Tshuapa manque cruellement les équipements sociaux collectifs de base.

Le Ministre d’Etat en charge de l’Administration du Territoire, Guy Loando Mboyo a échangé vendredi 14 janvier avec les sénateurs de la province de la Tshuapa. Au menu de leurs échanges : les priorités du développement de cette province, dépourvue des infrastructures de base.

Au sortir de l’audience, la porte- parole de la délégation, la Sénatrice Lidye Bapoko explique : ‘’Nous sommes venus rencontrer le Ministre Guy Loando Mboyo parce que nous sommes en vacances parlementaires et nous nous préparons à descendre dans nos bases respectives. Nous ne pouvons pas aller en vacances sans pour autant le rencontrer entant que l’unique Ministre, fils du terroir que nous avons dans ce Gouvernement ’’.

Avec le Ministre de l’Aménagement du Territoire, a-t-elle ajouté, l’entretien a tourné autour des priorités de notre province. ‘’Notre province est la dernière sur la liste alphabétique et aussi sur le plan de développement, il y a trop de problèmes. Mais, nous ne sommes pas pauvres parce que nous avons ce que le monde entier manque. L’humanité a besoin de la respiration et la Tshuapa est la source des tourbières, nous avons la forêt. Celle-ci est une source de vie. Dans le cadre de l’atténuation des conséquences du changement climatique, la foret joue un grand rôle. Pour ce faire, et il y a des fonds qui sont alloués pour la gestion des provinces forestières’’

La Sénatrice Lidye Bapoko a par ailleurs fait savoir que sa province est en retard en ce qui concerne la construction des équipements sociaux collectifs de base. « Dans notre province, nous manquons des routes. il n’y a même pas un kilomètre carré de route asphaltée même à Boende, chef lieu de la province. Des écoles ne sont pas construites, exceptées celles héritées de la colonisation, aucune université construite, il n’y a pas d’eau, pas d’électricité, le taux de chômage est élevé’’.

La Tshuapa, a-t-elle regretté, se vide de sa population parce que tous les secteurs de la vie sont par terre et la situation socio- économique est en baisse’’.

Didier KEBONGO

Laisser un commentaire

Suivez-nous sur Twitter