Voici les 7 recettes d’Alexis Gizaro

* Le ministre des Infrastructures et Travaux publics recommande, entre autres, la mise en oeuvre du Plan d’aménagement de la ville …

La problématique des inondations post-pluviales dans la ville de Kinshasa n’a pas laissé indifférent le Gouvernement Sama Lukonde. Au cours de la 32ème réunion du Conseil des ministres du vendredi 10 décembre, le ministre d’Etat, ministre des Infrastructures et Travaux publics a présenté les causes de ce phénomène avant de formuler des  recommandations sur ce dossier, à la suite de celle du Président de la République lors de la 30ème réunion du Conseil des Ministres.

Gizaro Muvuni Alexis a identifié quelques causes des inondations dans la ville de Kinshasa  conçue initialement pour 400 mille habitants mais qui  connaît depuis quelques années une véritable explosion démographique. A ce jour, la population de la capitale congolaise est estimée à  plus de 12 millions d’âmes.

       Au nombre de ces causes, il a épinglé le manque de mise en œuvre de différents plans d’aménagement, l’urbanisation désordonnée; l’absence de système de gestion efficace des déchets dans la ville entrainant le rejet des déchets solides dans les caniveaux, collecteurs et cours d’eau ;l’irrégularité du dragage des voies fluviales et de curage des collecteurs et des cours d’eau ; l’insuffisance de la capacité d’évacuation des ouvrages hydrauliques existants ainsi que le changement climatique caractérisé par une pluviométrie importante et plus intense.

       Loin de s’arrêter aux seules causes des inondations à Kinshasa,  le ministre des Infrastructures et Travaux publics a présenté également une série de recommandations, indiquant  qu’elles  constituent la solution aux inondations post-pluviales tant déplorées depuis quelques années.

Ainsi, pour tordre le cou aux inondations post-fluviales à Kinshasa, Alexis Gizaro recommande-t-il la  mise en œuvre du Plan d’aménagement de la ville, le Schéma d’orientation stratégique d’agglomération kinoise (SOSAK), l’actualisation de  la cartographie du réseau d’assainissement, la planification  des interventions de dragage et de curage systématiques sur les réseaux. S’ajoutent à cela, la gestion efficace et rationnelle des déchets solides, la mise  en place du Plan de prévention de risque d’Inondation de la ville (PPRI), le financement des  études d’assainissement de la ville ainsi que  des campagnes de sensibilisation citoyenne.

       Le patron des Infrastructures et Travaux publics a insisté sur la nécessité pour la ville de Kinshasa ainsi que pour plusieurs d’autres villes du pays, de financer une étude de redimensionnement du réseau de drainage, à la suite de laquelle il sera possible de construire des ouvrages d’assainissement requis.

            On note que Kinshasa et d’autres villes congolaises sont en train de faire les frais de l’incurie qui a caractérisé, des décennies durant,  la plupart des autorités municipales ayant dirigé ces agglomérations. A ce jour, le mal est si profond que la solution relève des défis nécessitant d’importants moyens financiers et matériels.   Kléber KUNGU

Laisser un commentaire

Suivez-nous sur Twitter
eskort eskişehir - adana eskort - escort - izmit eskort - mersin eskort