« Passons le bâton » organise une soirée à l’honneur des pionniers de l’Evangile et du Gospel en RDC

* »C’est comme une course de relais… Une génération passe le témoin à une autre », explique le pasteur Athom’s Mbuma.

Le ministère « Dalo ministries », à travers sa structure « Passons le bâton », organise le vendredi 14 janvier prochain à Kinshasa, une soirée à l’honneur des pionniers de l’Evangile et du gospel en RD Congo. L’annonce a été faire par le pasteur Athom’s Mbuma, membre du comité d’organisation de la manif, au cours d’une conférence de presse hier lundi 27 décembre.

Selon le conférencier, cette soirée qui est une grande première dans l’histoire du pays, sera l’occasion de devoir une fière chandelle aux précurseurs de l’évangile, de la musique d’inspiration chrétienne, communément appelée « musique chrétienne« . L’objectif, dit-il, « est de faire connaître et récompenser les pionniers de l’évangile et de la musique chrétienne. C’est aussi l’occasion historique pour que la génération allant de la période des années de l’indépendance jusqu’à 1985 passe le témoin à une autre comme c’est le cas dans une course de relais en athlétisme« .

« L’église en général et celle de la RDC en particulier voudrait honorer les pères de l’évangile et de la musique chrétienne vivants ou décédés« , renchérit le pasteur Athom’s.

Pour donner plus de relief à cet événement, « Dalo ministries » de l’apôtre Roland Dalo, par le truchement de sa sous-structure «Passons le bâton», met toutes les batteries en marche.

Selon le pasteur Athom’s Mbuma, cette cérémonie de célébration et de récompense aura le mérite de garder quelque chose de précieux de génération en génération, entretenir l’héritage à léguer à ceux qui sont venus bien après. 

«Passons le bâton parce que nous voudrions que ça soit une pensée collective. Ce n’est pas une personne qui passe le bâton mais c’est  toute une génération qui passe le bâton à une autre. La vie communautaire est comme une course de relais. Une génération passe le témoin à une autre. Quand on parle de succession, les générations se suivent les unes après les autres. C’est biblique», a-t-il expliqué.

Cet homme de foi a explicité le choix porté sur la période des années d’indépendance jusqu’en 1985. 

«C’est la première période que nous avons choisie. C’est à partir de l’indépendance que les Congolais peuvent parler d’un héritage propre entant qu’Etat. C’est un point de départ. C’est là que l’État congolais a commencé en tant que tel. Nous sommes devenus indépendants de certaines de nos actions. Ainsi, à partir de ce moment, nous pouvons commencer à identifier ceux qui ont commencé à sortir des sentiers battus. C’est cette période  jusqu’en 1985 pour l’instant qui constitue le critère de choix. C’est la meilleure période parce qu’elle permet justement aux gens de bien comprendre que le Seigneur s’est manifesté en nous Congolais et ce qui s’est passé», a-t-il affirmé.

Cet événement digne de grands rendez-vous internationaux de récompense à l’instar des Prix Nobel (paix, littérature, physique, chimie, médecine et physiologie) connaîtra la participation de plusieurs invités de marque.  

Il se veut une cérémonie haute en couleurs où les différents nominés des deux catégories à primer: «évangile» et «musique chrétienne» recevront des trophées et certificats en guise de reconnaissance et d’encouragement. 

Par la même occasion, « Passons le bâton » entend exhorter ceux qui se sont écartés du droit chemin, à revenir à la raison pour être célébrés et récompensés à leur tour dans les prochaines éditions. Gloire BATOMENE 

Laisser un commentaire

Suivez-nous sur Twitter