Kibambi Shintwa nous ouvre une page que nombreux sont ceux qui ne connaissaient

A notre arrivée au Petit Séminaire de la Mwera , à 50km de Lubumbashi sur la route de Likasi, en bon début des années soixante, nous sommes initiés au latin, à l’histoire et à la dissertation, notamment. Nous sommes la 6ème latine.

De la composition au primaire, une autre matière s’ajoute au programme, pour le français : la dissertation. Après des explications d’usage de la part de l’Abbé Floribert  Songa Songa,  les anciens nous conseillent d’aller consulter les écrits des plus anciens qu’eux. Parmi les noms cités, il y a celui de Monsieur  l’Abbé Tharcisse  Tshibangu. Quelle affaire ! Nous nous trouvons devant  des œuvres d’arts couchées par quelqu’un qui à son époque avait le même âge que nous.

Oh, Grand Dieu, si les archives avaient pu être conservées, elles auraient pu étayer mes propos, mon témoignage. Une écriture merveilleuse dans sa simplicité et sa limpidité. Mais des écrits truffés de citations d’ auteurs classiques que nous ne connaissions pas encore.  Une écriture inspirée par une intelligence vive où l’organisation de la pensée était incisive.

Vous passiez en 5ème gréco-latine. On vous renvoyait à ses écrits, dans la même classe plusieurs années auparavant. Ses dissertations étaient encombrées de phrases latines et d’encore plus de citations des auteurs des siècles passés. De quoi vous inciter à la lecture et à l’application pour lui ressembler. C’est à ce moment là que le goût de la lecture nous a envahi. Toute la classe. A ses côtés on citait les Magobeko, les Mudimbe, tous passés par  cette école des Pères Bénédictins. Ces hommes que nous découvrions grâce aux archives tutoyaient les cimes du savoir.

Sa magnificence appréciait mon travail journalistique. Il m’avait fait l’honneur de m’accorder trois Interviews. Une à la Voix du Zaïre d’alors et deux autres à Numerica TV. Comme Kengo wa Dondo et quelques autres, il appréciait ma façon à la fois provocante et naturelle de poser les questions. Il aimait la difficulté pour l’affronter dans le but de la vaincre.

C’est grâce à sa brillance qu’à la fin de ses études doctorales à Bruxelles, les intellectuels  Belges l’avaient choisi, à l’unanimité  pour venir remplacer Mgr Gillon, comme Recteur de l’Université qu’ils avaient créée à Kinshasa quelques années plus tôt.         

Né le 24 avril 1933 à Kipushi, Tharcisse Tshibangu est ordonné prêtre en 1959 au Grand Séminaire de Moba. Licencié en théologie de l’université Lovanium en 1961, il est docteur en théologie à l’université catholique de Louvain en 1962.

En 1965, il est nommé professeur à l’université Lovanium. Prélat de sa sainteté le Pape Paul VI et vice-recteur de l’université Lovanium, il devient évêque auxiliaire de Kinshasa en 1970.

Recteur de l’université Lovanium de 1967 à 1971, il est recteur de l’université nationale du Zaïre de 1971 à 1981. Et depuis, il a exercé les fonctions e président du conseil d’administration des universités du Zaïre. Il a aussi travaillé pendant longtemps comme évêque de Mbuji-Mayi.                                 Radio Okapi

Laisser un commentaire

Suivez-nous sur Twitter
eskort eskişehir - adana eskort - escort - izmit eskort - mersin eskort