Delly Sesanga dénonce l’instrumentalisation des clivages ethniques, du tribalisme…

« Le repli identitaire ethno-régionalo-clanique » n’est pas une solution aux souffrances de notre peuple et ne constitue pas un discours politique. Ni valable ni légitime. C’est même une plaie dans notre démocratie qui doit être extirpée », ponctue le tonitruant Delly Sesanga, dans son message de voeux de nouvel an 2022, au peuple congolais.

Se faisant l’écho des soucis légitimes de la majorité silencieuse, le leader du parti ENVOL (Ensemble des volontaires pour le redressement de la RDC), note que le processus démocratique n’a pas délivré les résultats de ses promesses. Moralité, le peuple congolais continue à égrener son chapelet de souffrances.

Aussi, Delly Sesanga se dit-il inquiet de l’instrumentalisation des clivages ethniques, du tribalisme et des différends confessionnels à des fins politiques. Ce qui, selon lui, met en mal l’unité nationale et l’intégrité du pays. Ci-dessous, ledit message.  Kléber KUNGU

MESSAGE DES VŒUX DE NOUVEL AN 2022

Congolaises, Congolais

En cette fête de la Nativité et de nouvel an 2022, je voudrais porter la voix de nos compatriotes les plus vulnérables, très souvent réduits au silence.

Nos pensées pieuses à tous ceux qui nous ont quittés au cours de cette année 2021. Ils sont encore des millions de Congolais dans la survie, pris en étau par la misère et les atrocités de la guerre dans l’Est.

Les fonctionnaires, les militaires, les policiers, les magistrats, les enseignants et les professionnels de santé, dont la condition sociale tarde à s’améliorer, passeront encore une fin d’année difficile. Pour eux, comme pour notre jeunesse, toujours plus nombreuse et sans emploi, le processus démocratique n’a pas délivré les résultats de ses promesses.

Dans ce chaos de souffrances, de promesses non tenues, la tentation est grande de la division. Je m’inquiète de plus en plus de l’instrumentalisation, depuis quelques temps des clivages ethniques, du tribalisme et des différences confessionnelles à des fins politiques.

Ces pratiques mettent en mal l’unité nationale et l’intégrité de notre pays. Elles compromettent l’indépendance nationale. Elles mettent à l’épreuve la loyauté de nos concitoyens. Et enfin, elles font le lit de la balkanisation, en offrant en miettes notre héritage commun le plus précieux : le Congo.

Face à nos problèmes, le repli identitaire  » éthno-régionalo-clanique  » n’est pas une solution aux souffrances de notre peuple et ne constitue pas un discours politique. Ni valable, ni légitime. C’est même une plaie dans notre démocratie qui doit être extirpée.

Le Congo est une idée avant d’être une réalité, construite autour de deux principes : le rassemblement et l’intégration de notre diversité. Le Congo ne peut survivre ni prospérer sur ces divisions qui attisent d’une part la peur, la haine et le désespoir et d’autre part, précipitent inexorablement notre pays dans l’abîme de l’affaissement moral et matériel de la Nation. Il ne nous faut pas céder à ces antiennes de la division dont on a souffert depuis l’indépendance. En dépit de la déception de beaucoup de Congolais, la division appelle de la part des démocrates et des patriotes une réprobation totale.

En 2022, je vous invite à garder la flamme de l’espoir et de la dignité nationale pour relever le Congo, notre pays en renouant avec ses vraies racines spirituelles:

1.  l’humanisme ;

2.  l’unité nationale ;

3.  la liberté de notre peuple ;

4.  et la quête d’un progrès réel et effectif de la condition de nos populations.

Les souffrances de nos populations nous condamnent encore au travail pour les deux ans à venir notamment sur :

1.  la remise à plat de la réforme de la sécurité (Armée, Police nationale et Services des renseignements), sans laquelle il ne saurait y avoir de paix durable ni dans l’Est ni ailleurs dans le pays;

2.  l’amorce de la grande réforme fiscale et des finances publiques pour stimuler l’activité économique ;

3.  le nécessaire engagement des dirigeants pour la réduction effective du train de vie de l’État, en remettant davantage de l’égalité par une réallocation juste et équitable des ressources publiques aux secteurs productifs et sociaux prioritaires.

2022, aussi l’année de grandes réformes institutionnelles:

1.  la révision de la Constitution,

2.  et la réforme électorale.

Ces défis de changement et de transformation de notre société constituent un grand rendez-vous. Il exige le ralliement de tous les démocrates sur les points clés de la réforme afin de sauvegarder ce qui peut l’être encore du nouvel ordre politique constitutionnel issu de la Constitution de 2006 et d’engager le pays dans la voie d’un processus électoral libre, démocratique, transparent et inclusif en 2023.

Mobilisons nos énergies pour rencontrer ces défis !

Sur cette feuille de route, nous resterons engagé pour 2022,

je vous souhaite une bonne et agréable année 2022.

Hon. Delly SESANGA

Président national de l’ENVOL

Laisser un commentaire

Suivez-nous sur Twitter
eskort eskişehir - adana eskort - escort - izmit eskort - mersin eskort