La FIFA tranche le 23 novembre

* La FECOFA appelée à apporter ses éléments de défense au plus tard le 20.

La Fédération internationale de football association ( FIFA) va rendre son verdict le jeudi 23 novembre sur la vive polémique concernant les 5 changements effectués en 4 sessions par la RDC en match de la 6è et dernière journée des éliminatoires de la Coupe du monde Qatar 2022,  conformément à l’article 14 (9) du Règlement de la Coupe du monde FIFA 2022 ainsi qu’aux articles 46 et 57 du Code disciplinaire . La Fédération congolaise de football association (FECOFA) doit apporter ses éléments de défense au plus tard le 20 novembre soit trois jours avant la décision finale. Ce, après une réclamation introduite par l’organe faitier du football béninois, le lundi 15 novembre au lendemain de la défaite 2-0 à Kinshasa. Une correspondance de l’instance internationale a été envoyée aux deux fédérations, hier mercredi 17 novembre.

Vaincus sur terrain par les Congolais, les Béninois ne désarment pas et ont saisi la FIFA sur l’affaire des 5 changements opérés par le sélectionneur national, Hectór Cúper en 4 sessions au lieu de trois. Déjà, lors de cette finale du groupe J, ils ont fustigé le penalty accordé par l’arbitre gabonais à l’équipe hôte (10ème minute). L’addition a été salée selon eux après que le 4ème arbitre a autorisé une session de trop.

Les Béninois jouent donc leur va-tout sur le plan administratif  pour que les lignes bougent dans leur quête effrénée de qualification aux barrages. Pas d’état d’âme, ici tous les coups sont permis.

En revanche, la partie congolaise qui ne cesse de crier qu’elle n’est pas dans de mauvais draps doit plaider pro domo devant cette instance internationale. La FECOFA a jusqu’au plus tard ce samedi 20 novembre  pour apporter ses arguments.

Les coéquipiers de Dieu merci Mbokani et tout un peuple vont prendre leur mal en patience en attendant le dernier coup de sifflet de l’arbitre FIFA qui va donc consulter la VAR pour en avoir le cœur net sur ce dossier brûlant.

Selon le SG de la FECOFA, Belge Situatala joint par la Radio France Internationale (RFI), en cas de sanction dans pareille situation, la faute incombe au 4è arbitre dans la mesure où il a pour tâche de réguler les différents changements en donnant son feu vert ou en refusant.

« Dans pareille situation, la faute revient au 4ème arbitre qui a la responsabilité d’accepter ou refuser des changements », a-t-il confié au micro de François Kabulo Mwana Kabulo.

Depuis l’avènement du coronavirus en 2019 dans le monde, la FIFA a modifié ses règlements en donnant la possibilité aux équipes d’effectuer 5 changements mais en 3 temps. Pourtant plusieurs rencontres se sont déroulées avec 5 changements en 4 temps lors de ces éliminatoires. Il s’agit de l’Argentine qui a effectué 5 changements en 4 temps soit (46ème, 55ème, 76ème, et 81ème) lors de sa victoire face à l’Uruguay (0-1).

Le Sénégal a également procédé de la sorte contre la République du Congo (2-0) soit  59ème deux changements, 78ème, 88ème et 89ème)…

Dans le même ordre d’idée, l’Afrique du Sud a introduit une réclamation auprès de la FIFA sur l’arbitrage controversé contre le Ghana. Les Black Stars ont bénéficié d’un penalty imaginaire après un corner qui ne devrait pas avoir lieu. Le but sud-africain a été également annulé.

LA JURISPRUDENCE LIBYE-GUINÉE ÉQUATORIALE

Il y a une année, une situation similaire s’est produite lors de la rencontre entre la Libye et la Guinée Équatoriale, comptant pour les éliminatoires à la Coupe d’Afrique des nations (CAN) Cameroun  2021 qui va se disputer de janvier à février  2022.

Le Nzalang Nacional  avait battu au Caire les Pharaons d’Égypte, 3-2 avec au passage quatre sessions de remplacement. Valeriano qui était entré à la 95ème minute de jeu pour le changement en infraction par rapport au règlement.

La Libye avait introduit un recours auprès de la CAF pour contester ce fait de jeu. Elle avait vu sa requête rejetée par le Jury Disciplinaire de l’instance continentale. Une  jurisprudence en la matière nous est née et va  compromettre les chances de voir le recours béninois obtenir gain de cause.

L’ARTICLE 3 DU RÈGLEMENT

Lors de la rencontre contre le Bénin, Hectór Cúper a effectué 5 changements entre 4 temps d’autant plus celui avant la mi-temps ne pose aucun problème. D’abord, Neeskens Kebano à la place de Gaël Kakuta à la mi-temps.

Ensuite  Edo Kayembe à la place de Samuel Moutoussamy (63ème), suivi de Cédric Bakambu pour Yannick Bolasie (74ème), Jackson Muleka à la place de Dieumerci Mbokani (84ème et enfin Kayamba à la place de Ben Malango (90ème) sur blessure.

D’après l’article 3 des Lois du jeu : « Chaque équipe aura au maximum cinq opportunités de procéder à des remplacements pendant le match ; en outre, ces remplacements pourront être effectués à la mi-temps. » Mais, avec ensuite une précision de taille : « Pour éviter de trop perturber le cours du match, chaque équipe aura au maximum trois opportunités de procéder à des remplacements pendant le match. » En somme, une équipe peut procéder à cinq remplacements, mais uniquement sur trois sessions (les changements à la mi-temps n’étant pas pris en compte).

ARTHUR MASUAKU SUSPENDU POUR CUMUL DE CARTONS JAUNES

Dans une autre correspondance envoyée un jour avant, il a été notifié que le défenseur Arthur Masuaku est suspendu pour la rencontre aller du 3è et dernier tour pour cumul de cartons jaunes. Le portier Joël Kiassumbua et Samuel Bastien Binda ont reçu un carton jaune.

L’instance mondiale de football a procédé à la vérification de divers faits de jeu. Les nombres de cartons jaunes et les joueurs concernés sont les seuls évoqués dans cette correspondance.

Les poulains de l’Argentin, Hectór Cúper ont battu ceux du Français Michel Dussuyer sur le score de 2-0. Dieumerci Mbokani a donné le ton à la 10ème minute sur un penalty consécutif à une faute discutable sur Ben Malango avant que le même Malango scelle la partie d’un coup de tête à la 74ème minute. Ce, après un centre de l’inamovible latéral Dieumerci Mukoko Amale dit « Soso« .

La RDC a fini en tête du groupe J avec 11 points juste devant son adversaire du jour, qui a bouclé  avec 10 points.

Le tirage au sort des barrages aura lieu le samedi 18 décembre prochain. La RDC est dans le chapeau 2 et affrontera l’une des nations suivantes (chapeau 1): le Sénégal, le Nigéria, le Maroc, l’Algérie et la Tunisie.

Voici les 10 nations qualifiées pour les barrages pour arracher les 5 places qualificatives au mondial:

1. Mali

2. Égypte

3. RDC

4. Ghana

5. Cameroun

6. Sénégal

7. Maroc

8. Algérie

9. Tunisie

10. Nigéria

Gloire BATOMENE

Laisser un commentaire

Suivez-nous sur Twitter
eskort eskişehir - adana eskort - escort - izmit eskort - mersin eskort