État de droit : CREEDA scelle un partenariat avec les professionnels des médias

« Créer un partenariat entre  le Centre de recherches et d’études sur l’état de droit en Afrique (CREEDA) et les journalistes, afin de  permettre  à ces derniers d’acquérir des connaissances utiles et  devenir spécialistes  sur les questions d’Etat de droit, notamment de constitution, de la Cour  constitutionnelle, des pouvoirs judiciaires, de droits de l’homme et autres« , tel est l’objectif principal de la séance organisée  le samedi 20 novembre par cette structure de recherche  dans le souci de sceller un partenariat avec les professionnels des médias de Kinshasa.

   Le président du Conseil d’Administration du CREEDA, Me. Marcel Wetsh’okonda est d’avis que ce partenariat stratégique entre son organisation  en qualité de chercheur et journalistes, va profiter  non seulement à l’État mais aussi aux professionnels des médias  dans la mesure où ce partenariat  va leur permettre d’acquérir des connaissances sur plusieurs questions de droit.

Ce programme portera essentiellement sur  les sessions de formation. Cet avocat de profession,   a invité les membres du  CREEDA et les journalistes à travailler la main dans la main pour la consolidation de la constitution de cet état de droit en RDC. 

Pour sa part,  le Coordonnateur de projets du CREEDA, Me. Joseph Cihunda Hengelela, a fait savoir que les journalistes sont les historiens du temps présent et  restent le seul canal pour relayer les informations. Car, ils sont tout le temps aux côtés des communautés et ils sont plus écoutés par la population, a-t-il martelé.

« Nous avons pensé que travailler avec les journalistes, leur faire comprendre ce que nous faisons comme travail ou recherches permettra non seulement d’atteindre un large public mais aussi de faire à ce que nos actions soient permanentes.  En d’autres termes, Si les journalistes qui collaborent avec nous comprennent réellement ce qu’est état de droit,  ils  peuvent à leur niveau faire des émissions sur les questions liées à l’état de droit« , a-t-il expliqué. Aussi, Me Cihunda a  exhorté les  journalistes à  relayer les solutions que le CREEDA trouve utiles et confortables pour que cela soit entendu par tout le monde.

 Par ailleurs, le secrétaire exécutif du CREEDA, Jean Jacques Kahunga Mapela a défini l’état de droit qui est le contraire de l’état arbitraire, où l’on respecte tous les droits de l’homme dont la finalité est la protection des droits des individus de toutes les catégories. Puis, il a reconnu  que le combat reste énorme car « nous devons travailler davantage pour rendre réel cet état de droit« .

Pour rappel,  le CREEDA est créé depuis 2015 et poursuit plusieurs objectifs entre autres,  entreprendre des recherches et des analyses opérationnelles sur des questions relatives à l’état de droit, à la gouvernance démocratique et au maintien de la paix, suivre , évaluer et formuler les recommandations sur la mise en oeuvre des politiques publiques en rapport avec l’état de droit, initier des programmes de renforcement des capacités et de formation dans le domaine de l’état de droit. Mathy Musau et Tricya MUSANSI

Laisser un commentaire

Suivez-nous sur Twitter
eskort eskişehir - adana eskort - escort - izmit eskort - mersin eskort