Unikin : remise des certificats aux participants du premier séminaire d’intervention criminologique

* Grâce à l’Ecole de criminologie, des  »Kulunas » ont été mués en citoyens utiles et pacifiques, témoigne le Professeur Raoul Kienge Kienge

Les rideaux sont tombés sur la première édition du séminaire sur l’intervention criminologique, organisé du 17 juillet au 30 septembre dernier à l’Université de Kinshasa (UNIKIN). Pour marquer la clôture de ces travaux, le Professeur Antoine Tshimpi Wola, représentant du recteur de l’UNIKIN,  et le Professeur Raoul Kienge-Kienge Intudi, directeur de l’Ecole de criminologie, ont procédé à la remise des certificats aux participants le samedi 9 octobre dernier.

Trois mois durant, les juges, les avocats, les scientifiques… et les acteurs sociaux sélectionnés ont participé avec assiduité à cette première édition du séminaire d’intervention criminologique. Réalisée grâce au concours du Centre de criminologie et de pathologie sociale (CCPS), rattaché à l’Ecole de criminologie de l’UNIKIN, cette formation s’est appesantie sur cinq modules.

Ces séances de formation se sont notamment focalisées sur « des notions et principes de l’intervention criminologique », sur « l’intervention auprès des jeunes impliqués dans la violence urbaine« , sur « l’intervention auprès des enfants en situation de rue sur « des filles vulnérables et des personnes détenues« …

Un stage impressionnant

A l’honneur, le Professeur Raoul Kienge-Kienge Intudi, a jugé le moment propice pour éclairer l’opinion sur la quintessence de cette formation. « Le Séminaire en intervention criminologique que nous avons organisé du 17 juillet au 30 septembre 2021 consistait à diffuser parmi les intervenants sociaux et judiciaires cette approche d’intervention criminologique émancipatrice du Centre de Criminologie et de Pathologie Sociale auprès des personnes vulnérables, parmi lesquelles se trouvent les jeunes et les personnes en situation difficile (jeunes en situation de rue, personnes en situation de prostitution) », rapporte-t-il.

« Les participants à ce séminaire, poursuit-il, sont venus de différents horizons, à savoir éducateurs des jeunes en situation difficile, juge, avocats, cadres scientifiques de l’Université de Kinshasa…). Ils ont fait un stage en intervention criminologique et leurs rapports de stage ont été vraiment impressionnants ».

Des objectifs atteints

« Pour nous, fait remarquer le Professeur Kienge Kienge, les objectifs de cette première édition du séminaire d’intervention criminologique ont été largement atteints. Il s’agissait, en effet, de faire acquérir aux intervenants sociaux et judiciaires des compétences en intervention criminologique émancipatrice, qui constitue une nouvelle approche d’intervention, de manière à rendre leurs pratiques professionnelles efficaces ».

« C’était aussi, selon lui, l’occasion de renforcer le dialogue qui se construit entre la théorie criminologique et les pratiques professionnelles d’intervention auprès des personnes vulnérables, en vue d’un enrichissement mutuel entre théoriciens et praticiens. Aussi, fallait-il partager avec les acteurs de terrain l’approche d’intervention criminologique émancipatrice du Centre de Criminologie et de Pathologie Sociale auprès des jeunes impliqués dans la violence de Kuluna pour permettre son amplification sur différents sites de la ville de Kinshasa ».

Des Kulunas mués en citoyens pacifiques

« Depuis plus de trois ans en effet, ce centre, le CCPS, exécute une recherche sur la violence urbaine dite  »Kuluna », explique Raoul Kienge Kienge. Les résultats de ces recherches ont été publiés dans deux ouvrages :  »Violence urbaine et réaction policière. Sens et non-sens (2017) » ; et  »Puzzle de sorties de violence urbaine (2019) » ». L’un des ouvrages est paru dans la collection Publications du Centre de criminologie de l’Université de Kinshasa chez Academia et l’autre à L’Harmattan, à Louvain-la-Neuve en Belgique.

« Dans le cadre de cette dernière recherche (portant sur la sortie de violence), note Raoul Kienge Kienge, nous avons construit au plan théorique un dispositif pour la sortie des jeunes de l’activité de Kuluna. Actuellement, depuis le mois de juin 2020, nous sommes en train d’expérimenter cette approche théorique de sortie de Kuluna à Ndjili et à Mombele ».

« Ainsi, souligne-t-il, en contexte de riposte à la Covid-19, des jeunes dits Kuluna ont pu confectionner des masques et des dispositifs de lave-mains qu’ils ont distribués dans leurs quartiers à Ndjili et à Mombele à Limete, rendant l’Université de Kinshasa présente dans ces quartiers, à la grande satisfaction de la population ».

« Les jeunes ayant participé à cette recherche sont définitivement sortis de l’activité de Kuluna et de la prostitution pour les filles en faveur des activités de couture et d’ajustage qu’ils exercent depuis lors. À Ndjili, deux jeunes ont repris la fréquentation de l’école et l’un d’eux s’est présenté aux examens d’état et attend ses résultats », se réjouit le Professeur Kienge Kienge.

Genèse de l’École de criminologie

Pour rappel, l’École de criminologie a été créée à l’Université de Kinshasa par l’arrêté du ministre de l’Enseignement supérieur et universitaire, daté du 30 octobre 2018. Les membres du Comité directeur ont été nommés par le Recteur de l’Université de Kinshasa le 26 mars 2019 avec la charge de mettre en route cette nouvelle école de criminologie.

L’École a démarré ses activités d’enseignement en octobre 2019 en organisant un Master en criminologie en trois ans, dont une année préparatoire pour homogénéiser les pré-requis pour des candidats licenciés de différentes disciplines des sciences humaines. Les cours sont organisés en système éducatif de Licence-Master -Doctorat (LMD) pour former les apprenants et doctorants correspondant aux standards internationaux avec un corps professoral composé des professeurs des universités congolaises et étrangères.

Des promotions promettantes

« La première promotion de Master préparatoire en criminologie durant l’année académique 2019-2020 est actuellement en Master I, après avoir obtenu de très bons résultats. En effet, sur 14 candidats admis, 11 ont été assidus et, parmi eux 7 ont réussi avec la mention Distinction et 4 avec la mention Satisfaction, le dernier ayant obtenu 68%« , renseigne le Prof Kienge Kienge.

« L’École exécute le programme d’études de criminologie arrimé au LMD harmonisé avec l’École de criminologie de l’Université de Lubumbashi. À partir du Master I, cinq options sont présentées aux apprenants : la sécurité intérieure, la criminologie économique et environnementale, la gestion de la paix et des conflits, la protection de l’enfant et la criminalistique« , assure le Directeur de l’Ecole de criminologie.

Une fierté pour l’Unikin

« Le corps enseignant est composé des professeurs provenant non seulement de l’Université de Kinshasa, de l’Université de Lubumbashi, de l’Université catholique de Bukavu, mais aussi des USA, de la Belgique, de la France, du Canada… qui interviennent grâce à l’application Zoom que nous utilisons depuis la Covid-19. L’École admet aussi des apprenants étrangers, qui suivent les cours moyennant ce même dispositif« , présente le Pr Raoul Kienge Kienge.

« Ainsi, lâche-il, l’École de criminologie de l’Université de Kinshasa fonctionne selon les standards internationaux. À l’École de criminologie est rattaché le Centre de Criminologie et de Pathologie Sociale (CCPS), qui développe des recherches et des activités de formation (séminaires et conférences) dans le champ de la criminologie et de la criminalistique ».

Représentant du recteur de l’Unikin et le Secrétaire général à la recherche scientifique de l’Unikin, le Pr Antoine Tshimpi a salué le dynamisme de recherche trouvé au sein de cette Ecole de troisième cycle. Il a promis l’accompagnement du comité de gestion, dirigé par le Pr Jean-Marie Kayembe pour la promotion de cette école doctorale.

Encouragés par ces résultats, nous comptons démarrer la deuxième édition du Séminaire d’intervention criminologie du CCPS dès le samedi 16 octobre jusqu’au 18 décembre 2021, a promis le Pr Raoul Kienge Kienge. Yves KALIKAT

Laisser un commentaire

Suivez-nous sur Twitter