RDC: l’APROMEN déplore une faible pratique des activités de normalisation

Les activités de Normalisation en République démocratique du Congo (RDC) sont caractérisées  par une législation dépassée et une pratique éparse et très faible par rapport aux besoins du pays. L’Association pour la promotion de la Métrologie et la Normalisation en RDC (APROMEN) présente un tableau peu reluisant en la matière en ce 14 octobre où la Communauté internationale commémore la journée mondiale de la normalisation. 

Pour l’année 2021, la communauté internationale a opté pour le thème : ‘’une vision commune pour un monde meilleur’’. Cette commémoration a pour objectif de faire prendre conscience de l’importance de la normalisation mondiale pour l’économie mondiale et de promouvoir son rôle en répondant aux besoins des entreprises, de l’industrie, des gouvernements et des consommateurs du monde entier.

 Parmi d’autres caractéristiques en RDC, l’APROMEN, par le biais de son président, Bertin Ntumba Bululu, a relevé l’existence d’une proposition de loi relative à la Métrologie et la normalisation adoptée au Sénat et qui fait l’objet d’une commission paritaire depuis 2014.

FAIBLE INTEGRATION REGIONALE

Pour cette ASBL Rd- congolaise qui fait de la métrologie et la normalisation son cheval de bataille, cet état de choses a des effets néfastes sur l’économie. Cela, entre autres en termes de faible intégration nationale, régionale et internationale.             L’économie du pays est également affectée du fait de l’exportation de matières premières avec faible valeur ajoutée. Il en est de même de la difficulté de diversification et de compétitivité des produits et services locaux.

Pour que la normalisation joue son rôle d’outil d’intégration et de développement durable en RDC,  l’Apromen estime qu’il faut intensifier des campagnes de sensibilisation, de formation et de plaidoyer sur la matière. Il faudra également activer la mise en place d’un cadre légal et réglementaire cohérent dans une démarche inclusive intégrant les principes universels régissant le domaine de la normalisation.

Les réformes pour la pratique rationnelle des activités de la normalisation en RDC constituent un atout essentiel dans les objectifs d’intégration économique et de développement durable. L’Apromen croit dur comme fer que ‘’tous les pays émergents et développés expérimentent cette réalité’’.

Il y a quelques mois,  l’Apromen a saisi le cadre institutionnel de la RDC. Objectif : solliciter son implication en vue de la mise en place urgente d’un cadre légal devant régir de manière cohérente le Système normatif national. Ce qui permettra à la RDC d’affronter efficacement les enjeux économiques et sociaux, induits par la mondialisation et la mise en place de la zone de libre-échange. 

Le 14 octobre, offre aussi une opportunité pour  les grands organismes internationaux de normalisation tels que l’organisation pour la normalisation (ISO), l’Union Internationale des télécommunications (UIT) et la commission électrotechnique internationale (CEI) de livrer ensemble des messages de sensibilisation au monde. Ils  font front commun pour œuvrer ensemble à accélérer la réalisation du programme mondial à l’horizon 2030, en mettant les normes au service des ODD, avec une ‘’vision commune pour un monde meilleur’’  Dina BUHAKE

Laisser un commentaire

Suivez-nous sur Twitter
eskort eskişehir - adana eskort - escort - izmit eskort - mersin eskort