Oppression du peuple sahraoui par le Front Polisario : l’heure de la justice

Écrivant dans Presse Portal, Nancy Huff de «Teach the Children International» raconte l’histoire de l’une des plus grandes violations des droits humains de notre époque, le conflit du Sahara occidental, ecrit James Wilson.

Le conflit semble très loin, mais il se déroule en réalité aux portes de l’Europe et il repart. C’est une histoire d’enfants soldats, de mariages forcés et d’oppression du peuple par le Polisario.

Le Front Polisario est un mouvement militaire fondé dans les années 1970 qui prétend représenter les intérêts de libération nationale du peuple sahraoui. Les Sahraouis sont une ethnie à l’origine nomade de la zone sahélienne, qui se compose de nombreuses tribus et dont la culture est un mélange d’éléments berbères, noirs africains et arabes. Ils sont déplacés depuis plus de 45 ans après avoir fui leur patrie à l’ouest.

Depuis que les États-Unis ont reconnu la souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental, les officiers de la milice du Front Polisario sont devenus de plus en plus violents, ce qui a abouti à la levée de leur armistice de 1991 avec le Maroc en novembre 2020. Le Polisario reçoit le soutien de l’Iran, entre autres, qui se félicite de ce conflit pour se renforcer. son influence en Afrique du Nord et, par la même occasion, de perturber massivement les efforts de paix entre le Maroc et Israël («Accord d’Abraham»).

COUPABLE D’AGRESSION SYSTEMATIQUE DU PEUPLE SAHRAOUI

Le Front Polisario est coupable d’oppression systématique du peuple sahraoui depuis des décennies. Les femmes et les enfants sahraouis souffrent régulièrement d’abus, de mariages forcés, de mutilations génitales, d’exploitation en tant qu’enfants soldats et d’oppression par la milice dite « Front Polisario » et son chef Brahim Ghali. La milice mène une vie de prospérité – en partie grâce à la vente de l’aide de l’UE.

Depuis 1975, l’Union européenne fournit aux réfugiés sahraouis de Tindouf une aide humanitaire s’élevant à environ 10 millions d’euros par an. Entre 2004 et 2007, l’Office européen de lutte antifraude (OLAF) a publié un rapport détaillant l’ampleur des vols frauduleux et de l’utilisation abusive de l’aide par le Front Polisario. L’aide a été utilisée pour acheter des armes et des biens immobiliers somptueux en Espagne et aux îles Canaries pour la direction du Polisario.

Le peuple sahraoui souffre depuis plus de 40 ans et est piégé dans une situation désespérée dans le sud de l’Algérie. Aux portes de l’Europe, ces personnes sont utilisées et maltraitées à des fins politiques et criminelles. La communauté européenne et internationale ne fait rien pour mettre un terme à cette violation flagrante des droits de l’homme.

Depuis la création du camp de Tindouf en 1975, le Polisario exerce un contrôle autocratique sur les résidents sahraouis, sans contrôle externe ou interne. Human Rights Watch soutient que le Polisario doit être responsable de la façon dont les personnes sous son contrôle sont traitées.

Human Rights Watch appelle également le Polisario à se conformer au droit international humanitaire qui exige que les parties non étatiques à un conflit s’acquittent de leur responsabilité première de protéger les civils.

Le Polisario ne l’a manifestement pas fait, et ils torturent régulièrement ceux qui remettent en question leur style de leadership. De la violence sexuelle contre les femmes au recrutement forcé d’enfants, en passant par la torture et l’esclavage des temps modernes, les rapports sur les violations des droits humains dans les camps de réfugiés de Tindouf sont difficiles à digérer.

Le fait que le Polisario ait un contrôle total sur les camps distingue les camps sahraouis de la majorité des camps de réfugiés sous tutelle de l’ONU. Alors pourquoi l’ONU permet-elle à un groupe militaire de gérer des personnes sans aucune responsabilité, tout en exigeant la responsabilité d’autres camps de réfugiés dans le monde ?

La région fait partie du territoire algérien sur lequel l’Algérie a renoncé à sa souveraineté mais reste néanmoins moralement et légalement responsable de cette catastrophe.

Des organisations terroristes comme le Hezbollah ont mis en place des camps d’entraînement pour les recrues de Tindouf, situés dans la zone Sahara/Sahel. Ils sont constamment à la recherche de personnes désespérées, vulnérables et en crise. Les camps de Tindouf sont des bassins de recrutement fertiles pour se radicaliser et enrôler des jeunes dans une vie de terrorisme. Les tâches confiées à ces recrues comprennent la contrebande de drogue, la contrebande d’armes, la traite des êtres humains – et le combat forcé en tant qu’enfants soldats du Polisario.

RECRUTEMENT DES ENFANTS SOLDATS

Plusieurs rapports indiquent que le Front Polisario à Tindouf recrute des enfants soldats et supervise leur formation. En février 2020, le Conseil des droits de l’homme de l’ONU a reçu une déclaration écrite à ce sujet. Le 10 mars 2021, le Conseil des droits de l’homme de l’ONU à Genève a permis à plusieurs organisations de défense des droits de l’homme de s’exprimer sur les violations des enfants dans les camps et leur recrutement forcé par les milices du Front Polisario. Matteo Dominici a témoigné au nom d’une ONG suisse que « les enfants sont utilisés comme chair à canon dans les camps de Tindouf ». Le Front Polisario recrute des garçons dès l’âge de 10 ans pour ses forces armées.

De plus, le Front Polisario poursuit la répression dévastatrice des droits individuels dans les camps. On estime que 170 000 réfugiés sont considérés comme des résidents des vastes camps dans le désert aride et sec du pays.

La direction du Polisario exhorte les femmes à concevoir et interdit toutes les formes de planification familiale et de contrôle des naissances. Une tactique utilisée pour augmenter la population du camp et ainsi augmenter l’aide reçue de la communauté internationale.

Une autre tactique politique pour augmenter le taux de natalité du Polisario est la violence sexiste impliquant des mariages forcés, où les femmes sont forcées de se marier jeunes et sans leur consentement.

L’épidémie de Covid-19 a aggravé la situation dans les camps. Alors que la population locale souffre presque sans aide médicale, le chef du Polisario – Brahim Ghali – a récemment été traité comme un patient privé dans un hôpital espagnol contre Corona, selon les médias.

Il n’est plus acceptable que nous nous contentions de condamner la situation et que nous ne fassions rien pour apporter des changements sur le terrain. Le timing est crucial, les preuves sont accablantes et le peuple du Sahara mérite une véritable justice. Il est temps qu’il l’ait. leglobefrance.fr/

Laisser un commentaire

Suivez-nous sur Twitter
eskort eskişehir - adana eskort - escort - izmit eskort - mersin eskort