Les échanges commerciaux sino-africains facilités par les «huit initiatives majeures»

BEIJING, 26 septembre (Xinhua) — Lors de la deuxième Exposition économique et commerciale sino-africaine (EECSA) inaugurée dimanche à Changsha, capitale de la province chinoise du Hunan (centre), des échanges commerciaux faciles entre la Chine et l’Afrique se présentent au monde.

Des fleurs fraîches venant du Kenya n’ont besoin que de 14 heures pour arriver à Changsha ; de jeunes Africains peuvent acquérir divers produits chinois en quelques clics sans quitter leur domicile…

En septembre 2018, le Sommet de Beijing du Forum sur la coopération sino-africaine s’était tenu avec succès. Lors de cette grande réunion, le président chinois Xi Jinping avait proposé les fameuses «huit initiatives majeures» à partir des besoins réels dans le développement des relations sino-africaines, et annoncé la fondation de l’EECSA en tant que plate-forme pour une coopération plus approfondie entre les deux parties.

«C’est un événement historique», a déclaré le président rwandais Paul Kagame lors de la cérémonie d’ouverture de la deuxième édition de l’EECSA. «Des mesures importantes et innovantes proposées lors du Sommet de Beijing en 2018 seront mises en place dans cette exposition», a-t-il espéré.

Une vie plus facile pour les Chinois et les Africains

Pour Dieudonné Twahirwa, aussi appelé Diego, fournisseur de piments séchés au Rwanda, cette année est une «année chanceuse» car il a accédé à «un marché bon et stable» : la Chine.

Auparavant, les piments séchés de Diego étaient vendus en Inde et en Europe. «Les marchés étaient instables, et maintenant je peux dire avec confiance que la Chine est un marché fiable», a-t-il témoigné, ajoutant que la coopération avec la Chine augmenterait les ventes des agriculteurs et améliorerait leur bien-être.

A l’occasion de la première édition de l’EECSA, les entreprises du Hunan et du Rwanda ont signé un contrat d’achat de piments séchés. Depuis lors, le Rwanda est devenu le premier pays africain à avoir été autorisé à entrer dans le marché chinois avec ses piments locaux.

Le 4 août dernier, la Chine a importé pour la première fois des piments séchés du continent africain, parmi lesquels ceux de la ferme de Diego.

Par ailleurs, le café est également un produit africain non lié aux ressources qui est prisé des consommateurs chinois.

En tant que point clé de la zone pionnière pour approfondir la coopération économique et commerciale, la Rue du café africain, située sur le grand marché de Gaoqiao à Changsha, compte actuellement plus de 20 entreprises chinoises de premier plan dans ce domaine.

Selon Jing Jianhua, patron du café Own Master qui y ouvrira bientôt ce mois-ci et dont tous les grains de café viennent d’Afrique, les consommateurs chinois pourront profiter du café africain pur à un prix plus abordable. Les produits africains font de plus en plus partie de la vie des Chinois.

Nouveau passage ouvert par des e-commerçants transfrontaliers

Dans une salle de diffusion en direct du Centre d’incubation du e-commerce sino-africain à Changsha, des produits africains tels que du beurre du Mali, du poivre blanc du Cameroun et des arachides du Sénégal ont tous été achetés en moins d’une demi-heure par des consommateurs chinois en ligne.

En parallèle, des produits chinois sont également très bien accueillis parmi les marchands africains.

«En plus des produits stars tels que les perruques ou les vêtements exportés en Afrique, les bagages et les machines agricoles de petite taille ont aussi une bonne base de marché et une chaîne industrielle complète sur le continent africain», a confié à Xinhua Wu Di, directeur du Centre de services du commerce extérieur du grand marché de Gaoqiao.

La promotion de la coopération sino-africaine sur le e-commerce constitue un élément important dans le cadre des «huit initiatives majeures». A mesure que les échanges commerciaux entre la Chine et l’Afrique ont augmenté, le e-commerce transfrontalier a apporté de nouvelles opportunités pour les deux parties.

Pendant la pandémie de COVID-19, des entreprises chinoises et africaines ont travaillé ensemble pour encourager l’exportation des spécialités africaines vers la Chine à travers des plates-formes transfrontalières de e-commerce.

Kilimall, la plate-forme de e-commerce d’Afrique de l’Est fondée en 2014 au Kenya, est aujourd’hui devenue un moteur dans la coopération commerciale sino-africaine. Impactés par la pandémie, les lieux d’achat des consommateurs africains sont souvent passés des magasins physiques à Internet, ce qui impulse un fort élan au développement du e-commerce.

Partenaires de connectivité, bénéfices mutuels

Il y a peu, les cinq premiers conteneurs de pamplemousse rouge d’Afrique du Sud sont arrivés au port de Yangshan à Shanghai. Il s’agit de la première commande de test du «commerce de troc» dans la Zone de libre-échange du Hunan. Le pamplemousse rouge et d’autres marchandises achetées par le groupe sud-africain Takela ont été échangés contre des matériaux de construction et d’autres produits fournis par la province du Hunan. Le montant du contrat de troc signé par les deux parties a atteint 4 millions de dollars.

En tant que lieu d’accueil de l’EECSA, la province du Hunan cherche à explorer de nouveaux mécanismes de coopération économique et commerciale avec l’Afrique à la lumière des exigences générales proposées par le président Xi.

Par ailleurs, l’élargissement des voies de transport de passagers et de fret a, d’une manière vigoureuse, facilité les échanges économiques et commerciaux sino-africains.

Le 15 septembre, un train de fret transportant 1.935 tonnes d’aide matérielle de la Chine à l’Afrique est parti de la ville de Zhuzhou au Hunan, marquant le lancement d’une nouvelle liaison entre les villes du Hunan et la province chinoise du Guangdong (sud), avant que les marchandises ne soient chargées sur un navire à destination de ports en Afrique. Le premier envoi de marchandises devrait arriver au port de Mombasa, au Kenya, le 15 octobre.

Guo Ning, directeur du Bureau des ports du gouvernement provincial du Hunan, a déclaré que l’achèvement et l’ouverture du nouveau canal ont efficacement résolu les problèmes de faible vitesse et de coût élevé. La première phase du projet couvre 11 ports maritimes pivots en Afrique ainsi que 20 routes et chemins de fer vers l’intérieur de l’Afrique.

Dans une intervention vidéo au cours de la cérémonie d’ouverture de l’EECSA, le président algérien Abdelmadjid Tebboune a salué cet après-midi la coopération économique et commerciale sino-africaine, et qualifié la Chine de «l’un des partenaires stratégiques pour l’Afrique et le plus grand allié économique de nombreux pays africains».

Avec l’approfondissement continu de l’interconnexion et de la connectivité, les perspectives de coopération amicale sino-africaine se sont élargies et le développement d’un partenariat de coopération stratégique global sino-africain est prometteur.

Laisser un commentaire

Suivez-nous sur Twitter