Ituri : Jed s’inquiète de la sécurité du directeur de la Radio communautaire Tuungane

Journaliste en danger (JED) s’inquiète de la sécurité d’un journaliste, directeur de la Radio communautaire Tuungane, dans la province de l’Ituri. Gloire Mumbesa – c’est de lui qu’il s’agit – est inquiet depuis qu’il reçoit une avalanche de menaces de mort proférées au téléphone (appels vocaux et SMS) par des inconnus.

Selon le directeur de la radio communautaire Tuungane, station émettant dans la commune rurale de Mungbwalu, territoire de Djugu, ces inconnus affirment être membres de la Coopérative pour le Développement Économique au Congo (CODECO), un groupe armé actif en Ituri.

Aux dires de Gloire Mumbesa, ces présumés miliciens lui reprochent  »d’avoir dénoncé, à plusieurs reprises, sur les ondes de sa radio, les atrocités et autres tracasseries dont serait victime la population locale de la part des membres de ce groupe armé« , rapporte un communiqué de JED.

Eviter de subir le sort des confrères assassinés

Tôt le matin du vendredi 10 septembre, le journaliste a reçu une série de messages inquiétants, précise JED. « Le jeudi prochain, nous serons à Mungbwalu. Nous connaissons ta maison. Nous savons que tu es journaliste. Mais ta façon de parler du mouvement CODECO ne nous plaît pas« , a-t-il lu un jour.

Peu de temps après, Gloire Mumbesa a reçu un appel téléphonique le menaçant en des termes beaucoup plus violents : « Dans une semaine, nous serons à Mungbwalu. Cesse de parler en mal de CODECO sur ta radio. Tu vas bientôt fuir. Tu penses qu’à Mungbwalu, on ne connait pas ton domicile ? ».

Se confiant à JED, le responsable de la radio communautaire Tuungane dévoile :  « Ces menaces ne datent pas d’aujourd’hui. J’ai toujours minimisé ces différentes menaces en continuant à diffuser, sans crainte, les bavures commises aussi bien par le CODECO que par les autres miliciens à l’encontre de la population civile. Au regard de la gravité de la situation sécuritaire des journalistes, ces derniers temps, ici dans la province de l’Ituri, j’ai décidé de ne pas minimiser ces différentes menaces pour ne pas subir le sort de mes confrères assassinés« .

Les autorités interpelées

Interpellé, JED réitère ses inquiétudes sur la dégradation de la situation sécuritaire des professionnels des médias, œuvrant dans cette province sous état de siège. Dans une conférence de presse tenue le vendredi 3 septembre à Kinshasa, cette organisation des professionnels de médias avait demandé au gouvernement de la République ainsi qu’aux autorités locales d’Ituri de sortir de leur silence face à la multiplication des cas d’attaques et de menaces contre des journalistes, alors que trois d’entre eux ont été tués en plein état de siège, décrété dans cette province.

Au cours d’un entretien qu’il a eu le mardi 5 septembre avec le Ministre de la communication et des médias, Patrick Muyaya, le Secrétaire général de JED, Tshivis Tshivuadi, affirme avoir plaidé pour la mise en place urgente d’un mécanisme national d’alerte rapide et de protection des journalistes, afin de prévenir tous les risques d’attaques contre les professionnels des médias, surtout dans les provinces de l’est du pays, en proie à des violences des miliciens et groupes armés. Yves KALIKAT

Laisser un commentaire

Suivez-nous sur Twitter
eskort eskişehir - adana eskort - escort - izmit eskort - mersin eskort