Force navale : un nouveau Bataillon spécial contre les forces négatives

     A 60 km de Kinshasa se trouve la cité de Maluku et à 10 km à l’Ouest de Maluku est situé le Centre de formation des fusiliers marins du Pool Malebo.

C’est ici que sont formés et entraînés 716 commandos marins que le Chef d’état-major général des FARDC, le Général d’armée, Célestin Mbala, Munsense, a visité ce lundi 02 août 2021.

       Dans son mot de bienvenue, après les honneurs militaires, l’Amiral Linguma Mata a magnifié cette visite qui fera date dans les annales de la Force navale. Le Chef d’état-major  de la Force navale a précisé que la formation que reçoivent 716 militaires du Bataillon spécial commando Fusiliers marins a pour objectif d’affiner leur spécialité en technique amphibie.

       16 mois passés à Kamina, 14 mois à Bagumba à Kalemie et 4 mois à Malebo. Cette unité est aujourd’hui le 2ème Bataillon Fusilier marin dont dispose la Force navale pour soutenir la montée victorieuse des FARDC dans l’Est du pays.

        A la recherche d’un site pour construire une Base navale moderne et un Centre de formation appropriés, le terrain de 200 hectares logeant le chenal du fleuve Congo à Maluku est un bijou stratégique. A la fois un verrou tactique contre toute menace contre la ville de Kinshasa, ce site offre également l’avantage stratégique de protéger le fleuve Congo qui est la colonne vertébrale de toute la République car c’est un passage obligé en direction et au départ de Kinshasa.

       Après plus de 30 mois de formation, le Chef d’état-major  de la Force navale a plaidé pour la programmation de la fin session afin que ce fleuron offre à la Nation ce qu’elle a de spécifique. Parmi ces commandos de marine, on compte 28 officiers, 28 sous-officiers et 621 fusiliers marins qui parachèvent leur formation commando, en technique amphibie et en tactique marine.

       Prenant la parole, le Chef d’état-major général des FARDC a transmis à la troupe les salutations et félicitations du Commandant suprême, du ministre de la Défense et du Haut commandement militaire.

       Ensuite, il a rappelé que les FARDC ont pour mission ; défendre l’intégrité du territoire national, protéger la population et ses biens, et participer au développement. L’apolitisme, le respect des droits de l’homme et des règles d’engagement doivent être de mise.

       La causerie morale du Chef d’état-major général a été suivie de la visite du Cetre. Notamment les dortoirs, la cuisine et l’infirmerie. Avant de quitter Maluku, le Chef d’état-major général a assisté à une série d’exercices de démonstration. Successivement les exercices commando (combat corps à corps), les pistes d’obstacles, la piste aérienne.

       Alternativement, ces exercices se sont passés à plus ou moins 3 km, les uns et les autres, chaque fois le Chef d’état-major général des FARDC devant se déplacer à bord des unités flottantes de la Force navale.

       Dernier exercice, l’amphibie. La démonstration s’est déroulée en trois phases : canotage, natation et embarquement-débarquement.

       Le Canotage est un exercice obligeant les marins à pagayer avec ou sans pagaie pour montrer leur agilité et leur expertise.

       La natation par l’obligation pour les marins de nager et se sauver en cas de renversement de leur canon. Dernière démonstration, le Wing amphibie. Après une reconnaissance préalable, une section procède par une filtration en coupe-retraite et fixe l’ennemi.

       Le navire chargé du transport sécurisé achemine le gros de l’unité vers l’objectif. Puis les éléments de manœuvre débarquent sur le quai et progressent jusqu’à occuper la ligne défensive ennemie puis conquièrent l’objectif ennemi par assaut. Cette phase finale se termine par la formation de la tête de plage pour atteindre le gros de troupe afin de procéder à exploiter le terrain.

       Aussitôt l’exploitation terminée, les marins reçoivent sur le terrain une nouvelle mission. Sur le chemin du retour, le  Chef d’état-major général des FARDC s’est arrêté à Ceta.

       Ici, le Général d’armée Célestin Mbala Munsense a visité l’Unité spéciale Panthère, donc un Bataillon de 730 militaires, dédié au combat en jungle. Prêt à rejoindre le front dans l’Est du pays, cette  unité spéciale formée au Gabon compte 22 snippers. Première étape, visite du campement. Deuxième temps fort, la causerie morale.

       A cette occasion, le Chef d’état-major général  a recommandé discipline, apolitisme, loyauté et fidélité au Panthère vis-à-vis des institutions légalement établies et de la population congolaise.

       Les mêmes recommandations ont aussi été faites au Bataillon parachutiste basé à Ceta. Le Commandant de cette unité spéciale a reçu mission de relayer toutes ces instructions aux militaires de son unité.

       La visite à Ceta s’est terminée par une séance d’animation de l’Unité de combat en jungle.

Echos Militaires n° 22 août 2021

Laisser un commentaire

Suivez-nous sur Twitter
eskort eskişehir - adana eskort - escort - izmit eskort - mersin eskort