Pillage hier à la 9ème rue Limete industriel

* Dès lors, le général Sylvano Kasongo condamne ces actes d’incivisme et met en garde des acteurs socio-politiques malintentionnés usant de la manip.

Des scènes de pillages et de destruction des biens appartenant aux commerçants indiens, ont éclaté dans la matinée d’hier jeudi 12 août, à la 9ème rue du quartier industriel de Limete à Kinshasa. Plusieurs ballots de friperie extraits d’un container sur place ont été emportés sans le moindre remord.

Alerté, un major accompagné de deux autres cadres de la Police nationale congolaise (PNC) s’est dépêché sur les lieux, pour sécuriser le site. Aussitôt arrivés, ils ont tiré quelques coups de gaz lacrymogène pour dissuader les pillards. Hélas, le mal était déjà fait. Car, les pilleurs avaient dès lors, réussi à soutirer plusieurs ballots de marchandises, avant de disparaître dans la nature.

« Arrêtez! Ne  pillez pas s’il vous plait! C’est vous qui travaillez avec eux (Ndlr: les ressortissants indo-pakistanais.  En vous livrant à ces actes de destruction, vous vous causez du tort. Comment vont-ils vous payer? Avez-vous oublié que si notre pays est, économiquement dans sa situation actuelle, c’est notamment à cause des pillages de 1991 et 1993? », a-t-il rappelé.

A en croire le général Sylvano Kasongo, Commandant de la Police de la ville de Kinshasa, ces pillages ont été provoqués par une fausse rumeur répandue par des gens malintentionnés, faisant état du meurtre d’un autre Congolais en Inde, après la mort suspecte d’un jeune Congolais, Joël Malu, survenue dans la nuit du dimanche 1er août à Bangalore au sud de l’Inde, alors que l’infortuné se trouvait en garde à vue. 

Alertée, la Police a pu récupérer une quarantaine de ballots de friperies volées. Outre les marchandises volés, quatre véhicules caillassés dont un incendié.  Trois personnes ont été interpellées. 

Dans la journée, une délégation de l’ambassade de l’Inde, conduite par son ambassadeur s’est rendue au commissariat provincial de la Police pour,  non seulement remercier les autorités du pays pour la protection de leurs compatriotes, conformément à l’article 182 de la constitution, mais aussi fournir quelques explications sur les incidents de Bangalore. « C’est un incident isolé qui peut arriver à n’importe quelle nationalité.  C’est triste ce qui est arrivé en Inde à notre compatriote« , a regretté l’ambassadeur de l’Inde en RDC.

Sevère mise en garde du patron de la Police

Le commissaire divisionnaire adjoint Sylvano Kasongo, a profité de cette occasion pour mettre en garde « des personnes malintentionnées qui propagent des fausses informations faisant état de la mort d’un autre congolais en Inde.  Ces vidéos qui circulent sur les réseaux sont fausses. Car, il ne s’agit pas de l’Inde.  Ce qui s’est passé avec notre compatriote Joël Malu, nous l’avons tous déploré, mais il y a des enquêtes qui se font et nous attendons la voix de la justice« , a-t-il promis.

A l’en croire, le président de la République lui-même a pris les choses en mains en donnant des instructions fermes au ministre des Affaires étrangères, ainsi qu’à son collègue de l’Intérieur, en vue de suivre de près ce dossier sur les plans diplomatique et judiciaire.

« Notre rôle est de sécuriser les personnes et leurs biens. Il ne faudrait pas que des politiciens en mal de positionnement commencent à distiller des mensonges pour qu’il y ait pillage dans cette ville.  Nous avons connu des pillages en 1991 et 1993, ça nous a ramené où ? Notre économie est par terre.  C’est pourquoi nous rassurons la communauté indienne que la police sera debout.  Tout celui qui va toucher à un indien sans motif, sera arrêté et considéré comme un Kuluna.  D’autres qui vont piller seront arrêtés et transférés au parquet pour la suite de la procédure, en vue de décourager tous les inciviques.  La Police est là pour sécuriser les personnes et leurs biens, sans distinction de couleurs « , a-t-il lâché. 

Rocco NKANGA

Laisser un commentaire

Suivez-nous sur Twitter