Presse : Patrick Muyaya disposé à organiser les Etats généraux avant la rentrée parlementaire

Ministre de la communication et médias Patrick Muyaya est  disposé à organiser les Etats généraux  de la presse avant la rentrée parlementaire de septembre 2021. Il en a parlé avec le président de l’Union nationale de la presse du Congo (UNPC), M. Gaby Kuba, qu’il a reçu hier jeudi 16 juillet dans son cabinet, renseigne un communiqué de la Cellule de communication du ministère de tutelle.

Aux dires de Gaby Kuba, « cest une façon pour lui de défendre nos projets de loi à la session de septembre. «Le ministre nous a garanti que personne ne sera exclu. Il rassemblera toutes les composantes de notre presse au cours de ces états généraux« .

En ce qui concerne les préparatifs de ces états généraux, Gaby Kuba reste rassuré que le ministre constituera un comité préparatoire dans un avenir proche.

Ancien député national, le ministre de la communication et médias compte mettre en place des stratégies pour faire passer des lois en souffrance en projet de lois qu’il défendra devant les deux chambres du parlement»

Au cours de cette rencontre, la délégation de l’UNPC a remis un mémorandum au ministre où plusieurs propositions sont reprises. «Nous avons soumis quelques idées au ministre notamment les réformes dans le secteur de la presse et les états généraux de la presse que toute la profession attend impatiemment depuis plusieurs mois ».

« Nous avons également parlé des acquis du congrès de Moanda qui s’est tenu l’année dernière », a mentionné Gaby Kuba. Le ministre a été très attentif à nos propositions et nous a promis de se mettre au travail pour apporter des solutions au problème de la corporation.

« Il nous a également demandé de jouer notre partition dans la résolution de certains problèmes qui minent la corporation», a conclu Gaby Kuba, président national de l’UNPC.

D’ajouter : «C’est vrai que la crise qui frappe notre pays est multiforme, mais nous, à notre niveau; nous avons pensé qu’il est temps de réfléchir sur l’avenir de notre profession». 

Yves KALIKAT

Laisser un commentaire

Suivez-nous sur Twitter