Katumbi et Tshisekedi au bord de la rupture !

Hier les rapports déjà exécrables entre Moïse Katumbi Chapwe, le leader d’ «  Ensemble pour la république  » et Félix Tshisekedi Tshilombo, Président de la République et chef de la majorité parlementaire de l’Union sacrée de la nation sont dangereusement montés de plusieurs crans hier suite à la condamnation à 2 ans de prison ferme, par le Tribunal de paix de Kinkole, de Jacky Ndala,   Président de la Fédération nationale de la Jeunesse du parti de l’ancien gouverneur du Katanga. Il était poursuivi pour rébellion et incitation à la désobéissance civile après être passé le week-end dernier par la geôle de l’ANR. Il lui est reproché d’avoir demandé dans un poste sur le net aux populations de Tshangu-Est de Kinshasa- de s’opposer à la proposition de loi sur la congolité de Noël Tshiani Mwadiamvita endossée par le député national Nsingi Pululu.

C’est donc cette fameuse proposition de loi qui divise l’Union sacrée de la nation. Katumbi, qui se dit visé par ce texte qui l’exclut de la conquête de la magistrature suprême aux élections de 2023 du fait qu’il est Congolais seulement de mère, exige son retrait pur et simple, c’est-à-dire sans autre forme de procès du tableau de l’Assemblée nationale. L’argument-massue qu’aligne  » Ensemble  » contre cette proposition de loi sur la congolité qu’elle qualifie par ailleurs de discriminatoire est qu’elle ne fait pas partie du Programme de la majorité parlementaire de l’Union sacrée discuté entre membres mais par contre elle a, curieusement, été présentée à la Chambre basse par un député de l’Union sacrée en la personne de Nsingi Pululu et déposée entre les mains du speaker, Christophe Mboso lui-même également de la majorité de l’Union sacrée de la nation.

Ce qui serait préjudiciable à la cohésion même de l’Union sacrée de la nation menacée du reste d’éclatement. Dès lors, Félix Tshisekedi et Moise Katumbi Chapwe sont au bord de la rupture.

 » Ensemble pour la République  » avait déjà prévenu que si cette proposition de loi n’est pas retirée de l’Assemblée nationale, leur parti quittera la barque de l’Union sacrée où leur présence ne s’expliquerait plus. « Ensemble » de Moïse Katumbi Chapwe compte  quatre vingts (80) députés nationaux, c’est  énorme compte tenu du mode de scrutin de la proportionnelle qui fait qu’aucun parti politique ne peut, à lui seul, atteindre pareille performance qui n’était à la portée que de l’AFDC du Prof Modeste Bahati Lukwebo.

Les plus grands partis politiques comme l’UDPS, le MLC ou l’UNC de Vital Kamerhe ne dépassent jamais vingt-cinq députés nationaux à cause de la proportionnelle. Ce qui veut dire que Katumbi Chapwe avec ses quatre-vingts députés nationaux à y ajouter ceux de l’Opposition y compris LAMUKA de Martin Fayulu Madidi et le FCC de Joseph Kabila peut faire basculer la majorité parlementaire de l’Union sacrée de Félix Tshisekedi construite de manière fragile.

Tout cela à cause de cette proposition de loi sur la congolité de Noel Tshiani que la planète entière condamne avec la dernière énergie. Une proposition de loi qui ne profité ni au chef de l’Etat lui-même ni au peuple congolais mais qui risque bien de mettre le pays à feu et à sang. Gare à tout entêtement suicidaire.                Côté LAMUKA de Martin Fayulu Madidi qui a comme Coordonnateur en exercice le Premier ministre honoraire Adolphe Muzito dit « Fumumpa« , c’est Prince Epenge, le Communicateur qui s’est exprimé sur cetté question, en soutenant que Moïse Katumbi doit se rappeler le conseil qu’on lui avait donné de ne pas composer avec Félix Tshisekedi quand on voit comment il s’est séparé d’avec Joseph Kabila avec lequel il avait signé un Accord de coalition. Mais Katumbi n’avait rien voulu entendre. Aujourd’hui il est en train d’en subir les conséquences avec la proposition de loi sur la congolité de Noël Tshiani Mwadiamvita à l’intérieur même de leur union sacrée.

       KANDOLO M.

Laisser un commentaire

Suivez-nous sur Twitter
eskort eskişehir - adana eskort - escort - izmit eskort - mersin eskort