« Maman Shako » sort de la scène … pour toujours

Coup de tonnerre dans le monde du théâtre populaire en RDC. Marie-Jacqueline Shako Diala a tiré sa révérence hier mardi 15 juin à HJ Hospitals à Limete.

Selon des sources concordantes, la vedette du petit écran s’est éteinte de suite de maux de dents.  La nouvelle de sa disparition s’est vite répandue pendant la journée. Et  son domicile, situé sur l’avenue du Stade, au quartier Matonge, a été pris d’assaut. Proches collaborateurs, collègues artistes et de nombreux curieux s’y sont amassés pour pleurer et honorer la mémoire de la comédienne.

Connu sous le sobriquet  de « maman Shako », l’illustre disparue a vu le jour le 23 août 1958 à Lodja, dans le Sankuru. Elle passera sa tendre enfance  à Kinshasa aux côté de ses parents qui y ont porté leurs pénates.

C’est en 1972, à 14 ans,  que Marie-Jacqueline Shako se lance dans l’univers  du théâtre. Contrainte d’allier les études et le théâtre, la jeune  artiste se fraye du chemin et obtient  son diplôme en secrétariat de direction au Centre féminin maman Antoinette Mobutu à Limete.

Malgré l’opposition farouche de son père, qui tenait à l’extirper du monde artistique, jugé trop vulgaire,  Jacqueline Shako s’accroche et parvient à  convaincre ses parents par son travail et sa détermination.

Passionnée par le théâtre, elle fait  ses débuts dans le théâtre classique au groupe »Mwangazo » où elle a été conduite par  » Inga« , son cousin artiste, Shako  va ensuite intégrer le célèbre groupe « Nzoï, le plus célèbre et comique de la ville sur les ondes de la radio nationale. 

La comédienne sort, par la suite, de l’ombre de radio pour s’afficher sur scène dans le groupe « Mangobo », le plus comique du moment.

On la voit désormais prester à la télé au grand plaisir du public. Quelques années plus tard, Juste après, la jeune actrice se retrouve au sein  du collège fondateur du groupe  » Sans souci« . Le célèbre guignol Kinois d’alors fera d’elle  vice-présidente de sa troupe.

Tout au long de son cursus, Maman Shako a incarné le rôle de plusieurs personnages. Elle étale l’immensité de son talent à travers diverses pièces théâtrales.

L’artiste compte aussi plusieurs autres diplômes, distinctions et autres prix  décernés par le Ministère de la Culture et des Arts et de différentes organisations.

Décédée à 62 ans, Jacqueline Shako a su marquer son empreinte dans le théâtre congolais par ses compétences et sa ténacité en gardant sa régularité sur scène pendant plus de 48 ans.

Rachidi MABANDU

Laisser un commentaire

Suivez-nous sur Twitter