L’Union sacrée déjà fissurée !

L’Union sacrée de la nation de Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo est en difficulté. Cette plateforme du Président de la République est confrontée à des dissensions qui menacent même son existence. Et pour cause, cette union sacrée, qui détient la majorité écrasante avec 80% de membres aussi bien à l’Assemblée nationale qu’au Sénat, semblent aujourd’hui captivée par des intérêts qui n’épousent pas la vision de son promoteur.

La semaine dernière, à la Chambre basse, les députés ont rejeté la loi d’habilitation du gouvernement. Loi qui autorise ce dernier à prendre des actes législatifs pendant les vacances parlementaires. Les députés ont estimé que c’était là trop de pouvoir accordé à l’Exécutif. C’est pourtant leur propre gouvernement avec lequel ils sont sensés être en symbiose.

C’est l’Union sacrée qui représente cette majorité parlementaire qui bat visiblement de l’aile. Elle est déjà fissurée, d’autant plus qu’au Sénat, les élus des élus ont manifesté le refus de lever les immunités de l’ancien Premier ministre Augustin Matata Ponyo ainsi qu’Alexis Thambwe Mwamba et consorts. Une décision qui contraste avec les attentes du camp Fatshi, dans la mesure où l’Union sacrée est majoritaire ici et non le FCC qui est dans l’Opposition.

L’Union sacrée est encore incapable de faire bloc pour voter pour la levée des immunités. Ce manque de cohésion a provoqué des tirs croisés sur le Sénat. Tirs venant plus particulièrement de l’UDPS et de ses partis satellites. En avant plan de la fronde, le secrétaire général du parti, Augustin Kabuya, qui a parlé de la haute trahison dans le chef des sénateurs et appelé à la disparition de cette Institution qu’il a qualifiée d’inutile. Pourtant, le problème ce n’est ni à l’Assemblée nationale ni au Sénat ni à leurs speakers.

Mais, c’est à l’Union sacrée de la nation qu’il faut aller la rechercher. Il est quasiment impossible de tenir la cohésion du groupe. C’est là le hic. Tâche ardue pour qui sait que l’Union sacrée de la nation est un regroupement hétéroclite où les membres ne regardent pas dans une même direction. Vu leurs intérêts divergents.

Ce qui les unissait, c’était de chasser le  FCC de Kabila du pouvoir par la défenestration du Bureau Jeanine Mabunda à l’Assemblée nationale et la déchéance de Sylvestre Ilunga Ilunkamba et son gouvernement qu’ils ont brillamment accompli dans l’euphorie. Maintenant par la suite, il fallait tenir tout cette troupe en laisse. Ce que Félix Tshisekedi n’a pas réussi à faire. Et c’est là où on en est à ce jour.

On comprend, dès lors, son dépit exprimé vendredi dernier depuis Bunia, capitale de l’Ituri. Mais fallait-il s’attendre à autre chose qu’à un tel désaveu?

Autre question, c’est de savoir ce qu’a fait jusqu’à ce jour Félix Tshisekedi pour qu’il y ait une sorte d’unité au sein de l’Union sacrée de la nation. Il donne, par contre, la désagréable impression de ne pas du tout avoir le plein contrôle de ses hommes, les sociétaires de l’Union sacrée qui ne partageraient donc pas sa vision politique. Ce qui crée ce hiatus avec ces membres de l’Union sacrée de la nation.

Ceux-là, à l’exemple d' »Ensemble » de Moïse Katumbi Chapwe ou du MLC de Jean-Pierre Bemba Gombo sont souvent pris violemment à partie par la base de l’UDPS. On est toujours à l’intérieur de l’Union sacrée de la nation.

       KANDOLO M.

Laisser un commentaire

Suivez-nous sur Twitter
eskort eskişehir - adana eskort - escort - izmit eskort - mersin eskort