Le Sénat rejette la demande de levée des immunités de Matata Ponyo

* »J’accepte cette décision qui rend hommage à la vérité des faits », a déclaré le Premier ministre honoraire.

Augustin Matata Ponyo peut pousser un ouf de soulagement après le refus, hier, des sénateurs de voter en faveur de la levée de ses immunités. Demarche amorcée par le Procureur général près la Cour constitutionnelle pour l’envoie à la barre afin qu’il s’explique sur le dossier Bukanga Lonzo.

49 de ses collègues sénateurs sur les 96 votants ont refusé de le livrer aux poursuites judiciaires, « Mapon » s’est réjoui de cette décision « souveraine » sui lui permet de continuer à humer l’air de la liberté. Au total, 46 sénateurs de l’Union sacré de la Nation ont voté pour la levée de ses immunités » contre 49 élus des élus qui ont rejeté cette requete, en dehors du parlemntaire qui a brandi un bulletin nul.

Matata Ponyo est accusé par l’Inspection générale des finances (IGF) d’être à la base de la débâcle du projet agroindustriel de Bukanga Lonzo. On lui reproche d’avoir mal géré ce projet salutaire, alors qu’il occupait les fonctions de Premier ministre et chef du Gouvernement.

Saisi sur ce dossier par l’IGF, le parquet près la Cour Constitutionelle a sollicité la levée des immunités de Matata Ponyo au Sénat pour lui permettre de mener les poursuites.

Le bureau de la chambre haute du Parlement avait confié l’analyse de cette réquisitoire à une commission spéciale qui a présenté son rapport au cours de la plénière d’hier.

TRIOMPHE DE LA VERITE

Plusieurs réactions ont été enregistrées après cette décision du Sénat. Si certains pensent que la chambre haute du Parlement a fait obstruction au travail de la Justice, d’autres par contre estiment que les sénateurs ont suivi « la voie de la paix, de la sagesse, de la vérité et de la cohésion nationale ».

Intervenant au cours de cette même plénière, après le vote du Sénat contre ce réquisitoire, le sénateur Augustin Matata Ponyo a rendu hommage « à la vérité des faits ». Le premier ministre honoraire dit accepter la décision de ses collègues de rejeter la demande de levée de ses immunités, formulée par le Procureur général près la Cour constitutionnelle.

« Après examen et vote, la plénière a décidé de ne pas lever mes immunités. En tant que partisan de la bonne gouvernance et du leadership de qualité, j’accepte cette décision qui rend hommage à la vérité des faits. J’appréhende le résultat de ce vote comme une bonne volonté de voir la vérité triompher sur ce dossier », a-t-il déclaré.

DES FLEURS AU PREMIER DES SAGES

Pour l’homme à la cravate rouge, le fait pour les élus des élus de dire non aux poursuites contre sa personne est un droit légitime reconnu aux sénateurs et sénatrices.

« Il faut reconnaître qu’en démocratie, c’est un droit pour les sénateurs et les sénatrices de dire non à la levée des immunités ou aux poursuites judiciaires, telle que demandée par le procureur général », fait-il remarquer.

«  Pour préserver et soutenir la vérité, il est crucial de le souligner surtout lorsque les réseaux sociaux ont été instrumentalisés dans l’objectif de travestir la vérité et tromper l’opinion voire désorienter les débats« , a indiqué l’ancien premier ministre de la RDC.

Il a remercié le bureau du Sénat, dirigé par le professeur Modeste Bahati Lukwebo pour la sagesse et pour avoir pris des dispositions utiles en vue d’une gestion transparente et objective de ce dossier.

« Je remercie le bureau du Sénat, particulièrement son président qui a pris des dispositions utiles pour la gestion transparente de ce dossier. La bonne gouvernance est synonyme de transparence, de responsabilité et de respect des lois« , a conclu Augustin Matata Ponyo.

Cette plénière d’hier avait aussi sonné la clôture de la session parlementaire de mars. Plusieurs questions ont été à l’ordre du jour dont celles relatives à la gestion des provinces.

Orly-Darel NGIAMBUKULU

Laisser un commentaire

Suivez-nous sur Twitter
eskort eskişehir - adana eskort - escort - izmit eskort - mersin eskort