Le Japon vole au secours des sinistrés de la ville de Goma

Le gouvernement japonais a apporté de l’aide d’urgence au gouvernement congolais, hier mercredi 2 juin, des biens de secours d’urgence (tentes, bidons, purificateurs d’eau, etc.) à travers l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA), en réponse aux dommages causés par l’éruption volcanique du Nyiragongo.

Ce, pour venir en aide aux victimes des dommages causés par l’éruption du volcan Nyiragongo le samedi 22 mai à Goma, chef-lieu du Nord-Kivu, compte tenu de la perspective humanitaire et de relations étroites qui lient les deux pays.

       Pour rappel, le volcan Nyiragongo, situé près de la ville de Goma, est entré en éruption le samedi 22 mai vers 19 heures. La coulée de lave a affecté un grand nombre de personnes, causant ainsi des pertes en vies humaines, d’importants dommages physiques ainsi que d’importants dégâts matériels.

3629 MAISONS DETRUITES

       D’après le Bureau des Nations unies pour la Coordination des affaires humanitaires (OCHA), cette catastrophe naturelle a entraîné la mort de 31 personnes,  ainsi que la disparition de 216 personnes.

Environ 21.000 personnes ont été touchées et 3.629 maisons détruites au 26 mai. En plus, les secousses continuent à être ressenties à Goma. Plus de 230.000 personnes ont été déplacées au 1er juin, selon un communiqué de presse de l’ambassade du Japon en République démocratique du Congo.

       Déjà avant l’éruption, la situation humanitaire était préoccupante  dans cette province. Près de 2,3 millions de personnes sont déplacées dans le Nord-Kivu, dont plus de 90 % ont été accueillies par des familles avec qui elles n’ont pas souvent de liens familiaux.

ENVIRON 514.000 DEPLACES

       La stratégie de réponse humanitaire à la crise due à l’éruption du volcan Nyiragongo, mise en place, entrevoit une réponse immédiate ciblant 5 zones de regroupement des déplacés, notamment Sake, Rutshuru, Minova, Bukavu et Goma.

Globalement, la réponse humanitaire est articulée autour de deux priorités : la réponse immédiate aux besoins des personnes déplacés avec une option de retour dans les zones d’origine et la suite de la réponse aux besoins humanitaires sur Goma.

       A ce jour, le nombre de déplacés se chiffrerait à 514.000, selon les évaluations des Nations unies, dont 60.000 environ à Sake. à l’ouest de la ville de Goma, l’aide d’urgence arrive enfin, 10 jours après la survenue de la catastrophe naturelle.

Kléber KUNGU.

Laisser un commentaire

Suivez-nous sur Twitter