La reddition des centaines de miliciens, des sanctuaires ADF sous contrôle FARDC …

* « Trente jours après, nous sommes plutôt optimistes quant à l’atteinte de l’objectif recherché… », a déclaré hier au cours de la conférence de presse conjointe, le porte-parole du Gouvernement, Patrick Muyaya, aux côtés du porte-parole des FARDC et de celui de la Police.

Par souci de redevabilité, le ministre de la Communication et Médias, porte-parole du Gouvernement, Patrick Muyaya, a tenu hier mercredi 9 juin, une conférence de presse conjointe avec les porte-parole des FARDC et de la Police au cours de laquelle il a fait le point des résultats des trente premiers jours depuis que l’état de siège avait été décrété dans la province de l’Ituri et du Nord-Kivu le 6 mai dernier.

Aux côtés du Général-Major Léon-Richard Kasonga et du Colonel Pierrot Mwanamputu, le porte-parole du Gouvernement assure que le mal cancérisé est en train d’être enlevé du Nord-Kivu et de l’Ituri. «  C’est une forte pression des FARDC qui s’exerce actuellement pour neutraliser les groupes armés locaux et étrangers. Elle se fait dans l’objectif de les mettre hors d’état de nuire« , a-t-il indiqué. 

 » Trente jours après qu’on a décrété l’état de siège dans les deux provinces, nous sommes optimistes quant aux résultats déjà enregistrés. Nous avons obtenu de centaines de redditions de miliciens. Il y a un mécanisme de réinsertion qui s’est mis en place en attendant des mesures transitoires pour leur remise dans la société « , a fait savoir  le ministre de la Communication et Médias.

Le général Léon-Richard Kasonga, Porte-parole militaire, donne en détail les exploits réalisés en 30 jours par les forces loyalistes. Il indique que l’offensive de l’armée contre les ADF, CODECO, FPIC, FRPI, FDLR, Nyatura, APCLS, NDC-R et toutes les autres forces négatives s’intensifie. Et que les miliciens acculés sont aux abois, le gros de leurs bastions étant détruits, ils sont en errance. Ce qui les pousse à s’en prendre à des citoyens des villages isolés.  » Le nettoyage des poches résiduelles d’insécurité par les FARDC se poursuit sans relâche« , affirme le Général Léon Richard Kasonga.

Ce n’est pas tout. Au cours de ces opérations, plus de 20 villages ont été récupérés par l’armée. Le trafic sur la route nationale numéro 27 a repris. Selon toujours le Général Léon-Richard Kasonga, les forces loyalistes ont également délogé les terroristes ADF de leurs sanctuaires et capturé 70 de leurs collaborateurs. Mwalika, Mayangose, Madina, Karawe et P43 sont passés sous contrôle des FARDC.

Sur le plan politico-administratif, les résultats sont tout aussi encourageants, à en croire le porte-parole du Gouvernement qui salue la collaboration des notabilités des territoires d’Irumu et de Djugu. Elles ont signé un Acte d’engagement pour soutenir l’état de siège, accompagner les autorités militaires et sensibiliser les milices à déposer les armes.

Il sied de rappeler que le 5 juin courant, le Parlement a prolongé de 15 jours, à la demande du Gouvernement, la période de l’état de siège. « Ce temps sera mis à profit pour poursuivre les opérations ainsi que les mesures permettant l’atteinte de nos objectifs, les moyens nécessaires sont mobilisés pour ce faire « , estime Patrick Muyaya.

Lire ci-dessous, l’intégralité de la communication  de Patrick Muyaya lors de la conférence de presse conjointe avec les porte-parole de l’Armée et de la Police.

Didier KEBONGO

Etat de siège en Ituri et au Nord-Kivu

La traque s’intensifie, les miliciens sont aux abois, la pacification progresse et les redditions se multiplient…

Kinshasa, 9 juin 2021

Mesdames et Messieurs de la Presse,

Nous aurions dû nous voir le 5 juin dernier, pour faire le bilan de 30 jours de l’état de siège en Ituri et au Nord-Kivu. Mais l’urgence de l’éruption du Nyiragongo ne nous a pas permis de répondre à ce rendez-vous. Car, nous avons accompagnés le Premier Ministre pour apporter les réponses du Gouvernement face aux conséquences humanitaires qu’a soulevé cette catastrophe naturelle.

Nous avons eu l’occasion sur place de faire le point sur le déroulement de l’état de siège dans le province du Nord-Kivu particulièrement.

Comme vous le savez, les Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) ont intensifié leurs opérations contre les miliciens qui sèment l’insécurité dans les provinces placées sous  » état de siège « , à savoir : l’Ituri et le Nord-Kivu.

Cette forte pression qui s’exerce actuellement pour neutraliser tous les groupes armés étrangers et locaux se fait dans l’objectif les mettre hors d’état de nuire.

30 jours après, nous sommes plutôt optimistes quant à l’atteinte de l’objectif recherché.

A ce jour, nous avons enregistré une centaine de redditions des miliciens qui attendent d’intégrer le processus de désarmement. En attendant l’ordonnance présidentielle portant création du programme de Désarmement, Démobilisation, Relèvement, Communauté et Stabilisation (DDRCS), des mesures transitoires ont été mises en place pour permettre le retour à la vie civile de miliciens désarmés.

Le Premier Ministre l’a annoncé à la délégation des miliciens qui est venue à sa rencontre durant son récent séjour au Nord-Kivu. C’est ici le lieu de rappeler l’invitation du Gouvernement adressée aux différents groupes armés à se rendre.

Tous les sanctuaires connus des ADF ont été détruits. D’importantes quantités de munitions ont été récupérées. Et des otages ont même été libérés.

Avant de poursuivre mon propos, je voudrais dire la compassion et la solidarité du Gouvernement aux familles des compatriotes qui ont fait les frais de la barbarie de ces forces négatives dans la nuit du 30 au 31mai dernier dans les villages Boga et Tchabi, dans la chefferie de Banyali-Kilo en territoire d’Irumu en Ituri.

Cet acte terroriste constitue la preuve que ces forces négatives sont en débandade. Elles s’en prennent aux cibles non militaires pour continuer leurs œuvres barbares.

Je voudrais ici rappeler la détermination du Commandant Suprême des Forces Armées de la République Démocratique du Congo et de la Police Nationale Congolaise, du Gouvernement de la République ainsi que des Forces Armées de la République Démocratique du Congo de les poursuivre pour qu’ils répondent de leurs actes.

Comme vous pouvez le constater, nous sommes devant une guerre asymétrique dont la cible n’est plus dans un front connu. Mais elle se noie dans la population pour y semer terreur et désolation. C’est ici le lieu d’en appeler au sens de patriotisme de nos compatriotes vivant dans les régions concernées à soutenir et à travailler aux côtés des FARDC pour démasquer toutes ces forces négatives en errance.

Nous voulons ici saluer l’Acte d’engagement signé par les toutes les notabilités d’Irumu et de Djugu en Ituri qui se sont engagées à soutenir l’état de siège, à accompagner les autorités militaires et à sensibiliser les milices à déposer les armes.

Le Président de la République a signé les ordonnances portant nomination des Administrateurs militaires qui vont progressivement prendre les relais des autorités civiles pour asseoir, dans tous les échelons de l’administration, l’état de siège.

La tâche des autorités militaires ne se résume pas seulement à suivre le déroulement des opérations mais aussi à prendre toutes les mesures nécessaires permettant notamment, au plan économique, de couper le pont à tous ceux qui profitent de la situation d’insécurité dans cette partie du pays.

Le 5 juin dernier, le Parlement a prolongé de 15 jours, à la demande du Gouvernement, la période de l’état de siège. Ce temps sera mis à profit pour poursuivre les opérations ainsi que les mesures permettant l’atteinte de nos objectifs. Les moyens nécessaires sont mobilisés pour ce faire.

Mesdames et Messieurs de la Presse,

Trente jours après la proclamation de l’état de siège en Ituri et au Nord-Kivu (soit du 6mai au 5 juin 2021), la première évaluation faite par votre Gouvernement au cours de la sixième réunion du Conseil des Ministres indique que :

– la traque contre les ADF, CODECO, FPIC, FRPI, FDLR, Nyatura, APCLS, NDC-R et toutes les autres forces négatives s’intensifie ;

– les miliciens acculés sont aux abois, le gros de leurs bastions ont été détruits et ils sont en errance. Ce qui les poussent à s’en prendre à des citoyens des villages isolés ;

– la pacification progresse avec la défaillance des ennemis de la République kilomètre par kilomètre, localité par localité ;

– les redditions se sont multipliées autant qu’une forte demande des groupes armés et des miliciens de se rendre ;

– le nettoyage des poches résiduelles d’insécurité par les FARDC se poursuit sans relâche.

DU POINT DE VU OPERATIONNEL :

En province de l’Ituri, il y a lieu de noter une intensification des opérations militaires contre les terroristes ADF, et les groupes armés CODECO, FPIC et alliés. Elles ont jusque-là eu pour résultats :

– 39 terroristes et miliciens neutralisés;

– 05 éléments capturés ;

– Plusieurs munitions récupérées ;

– Reprise des activités socio-économiques dans les zones pacifiées ;

– Réouverture effective écoles, marchés et commerce ;

– Libre circulation sur la Route Nationale 27 ;

– 20 localités conquises par les FARDC après avoir délogés les ennemis de la République.

Province du Nord-Kivu, les actions militaires se sont déployées sur deux principaux axes ci-après :

1. Secteur Opérationnel SUKOLA 1 Grand Nord dans le territoire de BENI et les villes de BENI et BUTEMBO :

– Le contrôle et l’occupation par les FARDC des sanctuaires des ADF connus ;

– 35 ADF neutralisés dont 14 étrangers;

– 05 leaders des groupes armés capturés ;

– 70 collaborateurs des ADF appréhendés ;

– 05 véhicules et 08 motos utilisés pour RAV des ADF saisis.

Des grands sanctuaires des ADF passés sous le contrôle des FARDC depuis 2019 et ont été consolidés lors de l’état de siège :

– Valée de MWALIKA dans l’Axe Sud ;

– MAYANGOSE dans l’Axe Centre ;

– Triangle de la mort dans l’Axe Nord, notamment : MADINA, MADINA 2, New

MADINA, KARAWE, KAZAROHO,MAPOBU Sud, MAPOBU River, P43,Mont Olive, GARLIC ;

– Toute la partie Ouest de la Route Nationale N°4 BENI-OICHA vers MANDUMBI, MALEKI, MAMOVE, etc.

2. Secteur Opérationnel SUKOLA 2 NORD-KIVU :

La pression des opérations militaires exercée contre les FDLR, NYATURA, APCLS, NDC-R et autres forces négatives dans les territoires de MASISI et de RUTSHURU a permis aux FARDC de garder l’initiative des opérations. Les avancées suivantes ont été enregistrées :

o 12 localités conquises.

o 33 combattants neutralisés;

o 03 combattants capturés ;

o 18 Combattants se sont rendus ;

o 02 leaders de l’APCLS neutralisés (KIBONGO et MUNDOSI) ;

o Le groupe armé CMC- NYATURA de DOMI en perte de vitesse a sollicité la reddition ;

o D’importantes quantités de munitions ont été récupérées.

SUR LE PLAN POLITICO-ADMINISTRATIF :

Après l’installation des Gouverneurs militaires et les Vice-Gouverneurs policiers dans les deux provinces placées sous  » état de siège « , nous avons noté la nomination des administrateurs des territoires.

En province de l’Ituri, particulièrement, les notables des territoires d’Irumu et de Djugu ont été sensibilisés et ils ont signé un Acte d’engagement pour soutenir l’état de siège, accompagner les autorités militaires et sensibiliser les milices à déposer les armes.

A Bunia, la Police Nationale Congolaise a procédé à l’arrestation de 05 miliciens de la CODECO avec 15 armes et 11 chargeurs garnis et de 02 miliciens FPIC/Tchini ya Kilima et d’autres armes, tous auteurs d’assassinats ciblés.

En province du Nord-Kivu, quelques actions sont à mettre à l’actif de nos forces armées.

C’est le cas de :

– La libération, le 03 juin 2021, de 26 élèves enlevés le 01 juin lors de l’attaque de TCHANI-TCHANI par les ADF. Ils ont été remis à leurs familles ;

– La sécurisation effective de la Route Nationale N°4, de la route MBAU-KAMANGO-NOBILI et de la route KASINGA-KIDIDJIWE.

Mesdames et Messieurs de la Presse,

Les opérations militaires menées dans le cadre de l’état de siège ont été marquées par la catastrophe naturelle qui s’est produite à Goma le 22 mai 2021 à la suite de l’éruption volcanique du Nyiragongo.

Face à cette crise, le Gouvernement provincial s’est déployé, avec l’appui du Gouvernement central, pour préserver la vie des citoyens en les orientant vers des lieux sécurisés, garantir la surveillance de l’activité du volcan, lancer les travaux de réparations des systèmes d’alimentation d’eau et d’électricité, et organiser le retour des personnes déplacées.

L’intervention de l’armée a eu notamment pour résultats :

– Le déploiement à GOMA de l’Hôpital Militaire de campagne et de la 221ème Compagnie de l’Unité Médicale d’Intervention Rapide des FARDC pour la prise en charge des victimes de l’éruption volcanique ;

– Le déploiement en cours pour le Nord-Kivu d’une unité du Génie Militaire pour l’entretien des infrastructures ;

– La sécurisation des déplacés.

Actuellement, il y a lieu de noter la reprise progressive des activités commerciales à GOMA. L’aéroport est de nouveau opérationnel. Et des convois humanitaires sont en cours d’acheminement pendant que les populations déplacées font leur retour progressif dans la ville et que le Ministère en charge de l’Aménagement du territoire se charge de trouver le site devant héberger les personnes qui ont perdu leurs habitations.

Pour le Gouvernement, les sites qui ont été ravagés par le volcan ne doivent plus être occupés par la population. Il y a donc lieu de tirer les leçons de l’éruption de 2002 et celle de 2021 pour que plus jamais nos populations ne soient si proches du danger.

Laisser un commentaire

Suivez-nous sur Twitter
eskort eskişehir - adana eskort - escort - izmit eskort - mersin eskort