Antoinette N’Samba rassure les investisseurs miniers sur les avantages offerts par les instruments juridiques de la RDC

L’édition annuelle de la Semaine minière de la République Démocratique du Congo  s’est ouverte en vidéoconférence hier lundi 14 juin. Prévues pour deux jours, ces assises dénommées « DRC Mining 2021 » sont placées sous le thème : « La notation d’investissement négative de la RDC : Une perception inexacte ».

La  Ministre des Mines,  Antoinette N’Samba Kalambayi s’est appésantie  sur la législation minière congolaise et les opportunités d’investissement qu’offrent le pays dans ce  secteur.

« La viabilité du secteur minier en RDC est régie à ce jour par la loi n° 007/2002 du 11 juillet 2002 portant code minier, telle que modifié et complété par la loi n° 18/001 du 09 mars 2018 et ses mesures d’application contenues dans le décret n° 038/2003 du 26 mars 2003 portant règlement Minier tel que modifié et complété par le décret n° 18/024 du 08 juin 2018 sans oublier divers arrêtés interministériels et ministériels pris en exécution de ces deux textes juridiques. Cette loi est l’émanation de tous « , a-t-elle fait savoir.

  » Ces instruments juridiques  offrent aux investisseurs miniers locaux et internationaux les avantages en ce qu’ils renferment des dispositions attractives du fait de l’instauration des procédures rapides, objectives et transparentes dans le processus de demande, d’octroi ou de renouvèlement des droits miniers et/ou de carrières, outre le fait qu’il a mis en place un régime fiscal, douanier et de change compétitif et spécifique au secteur minier « , a complété Antoinette N’Samba

.

Des opportunités d’investissement

A en croire la patronne des mines, « le sous-sol de la RDC regorge un potentiel minier   regroupé dans différentes filières.  Notamment : La filière cupro-cobaltifère avec comme ressources estimées pour le cuivre à plus ou moins 75 millions de tonnes, le cobalt à plus ou moins 6 millions de tonnes et pour le zinc à plus ou moins 7 millions de tonnes. La   filière aurifère avec comme ressources en or estimées à plus ou moins 750 tonnes ; la filière diamantifère dont les ressources en diamant sont estimées à plus ou moins 700 millions de carats. La filière stannifère avec comme ressources estimées en cassitérites à plus ou moins 800.000 tonnes, en coltan à plus au moins 30 millions de tonnes et Wolframite à plus ou moins 400 millions de tonnes. La filière fer-manganèse avec comme ressources estimées en fer à plus ou moins 10 milliards de tonnes et en manganèse à plus ou moins à 30 millions de tonnes ».

 A cette occasion, Antoinette N’Samba Kalambayi a   présenté la politique de son ministère qui repose sur des axes principaux, à savoir : La certification des réserves minérales, la valorisation des actifs miniers,  la lutte contre la fraude minière, l’éradication du travail des enfants et des femmes enceintes dans les zones d’exploitation minière artisanale, ainsi que l’augmentation de la valeur ajoutée aux produits miniers.

Elle a soutenu que la RDC reste une destination attrayante pour les investisseurs et entreprises du secteur minier, dont l’activité est loin d’être au point mort, et qui aura prouvé sa résilience face à la pandémie ravageuse de la covid 19.

Antoinette N’Samba a rendu  ce hommage mérité au Président de la république, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo pour les efforts  consentis en vue d’une paix durable  et l’amélioration du climat des affaires en RDC, plus particulièrement dans le secteur minier. Elle a aussi salué le  Premier ministre pour la mise en  œuvre de la vision du Président de la République.

 Mathy Musau

Laisser un commentaire

Suivez-nous sur Twitter
eskort eskişehir - adana eskort - escort - izmit eskort - mersin eskort