RAM: « l’argent est perçu par la DGRAD, et non par le ministère des PT-NTIC »

*Le Registre des Appareils Mobiles maintenu, nonobstant la suspension de l’activation des forfaits.

Face à l’intox et autres rumeurs distillées au sein de l’opinion et dans les réseaux sociaux concernant le Registre des Appareils Mobiles (RAM), l’équipe de communication s’est vue dans l’obligation de faire une mise au point, hier mardi 11 mai, affirmant que le RAM reste opérationnel en République Démocratique du Congo.

Jeff Kaleb, un des ambassadeurs du RAM, fait savoir que l’Autorité de Régulation de la Poste et des Télécommunications du Congo (ARPTC) a par contre recommandé aux entreprises de télécommunications de suspendre temporairement le blocage d’activation des forfaits pour les utilisateurs non en règle de paiement des frais RAM.

« Le ministère des PT-NTIC, l’ARPTC et les autres autorités compétentes travaillent d’arrache-pied pour trouver un dispositif supplémentaire pouvant faciliter le paiement des frais RAM pour l’utilisateur. L’ARPTC procède à des mises à jour mensuelles sur l’infrastructure du RAM, pour que le système soit en tout temps à la pointe de la technologie« , indique-t-il.

Parlant de nombreux avantages du RAM, l’ambassadeur Jeff Kaleb indique  que le Registre des Appareils Mobiles permet également de contrôler les entreprises de télécommunication, en plus de lutter contre les appareils contrefaits…

« Le Registre des Appareils Mobiles permet à l’État congolais de lutter efficacement contre les téléphones mobiles contrefaits dont les effets sont néfastes sur le plan sanitaire. Ils posent notamment beaucoup de problèmes sur la qualité du réseau. Deuxièmement, le RAM aide l’État congolais à avoir le contrôle dans le secteur de PTNTIC notamment en ce qui concerne la maîtrise du nombre de  clients parce qu’avec le système déclaratif dans notre pays, la société X pouvait  déclarer 7 millions d’abonnés alors qu’il en a 10 ou 15 millions. L’État, après avoir fait ce  constat, a décidé de mettre en place le Registre des Applications Mobiles (RAM) pour lutter contre les Appareils mobiles contrefaits et de permettre aux utilisateurs de protéger leurs données« , a-t-il confié.

Par ailleurs, la redevance Registres des Appareils Mobiles (RAM) reste maintenue en République démocratique du Congo. L’Autorité de régulation des Postes et Télécommunications du Congo (ARPTC) a demandé la suspension du système billing 2.1 qui consiste à bloquer les activations à tous les téléphones qui ne sont pas en ordre avec le RAM. 

A la question de savoir où va l’argent du RAM, Jeff Kaleb a expliqué que le ministère des Postes, Télécommunications et Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication (PTNTIC) ne perçoit aucun rond sur la redevance RAM. Le ministère des PTNTIC ne s’occupe que de l’aspect politique du projet RAM. C’est plutôt la Direction Générale des Recettes Administratives, Judiciaires, Domaniales et de Participations (DGRAD) qui est le service étatique habileté à percevoir la taxe RAM.

« Cette question il faut la poser à la DGRAD qui est habilitée à recevoir la redevance RAM. Le ministère de PTNTIC s’occupe de l’aspect politique. Donc l’argent de RAM ne va pas dans la poche du ministre Kibassa« , a expliqué Jeff Kaleb.

Didier KEBONGO

Laisser un commentaire

Suivez-nous sur Twitter
eskort eskişehir - adana eskort - escort - izmit eskort - mersin eskort