Muzito: « Kagame ne comprend que le langage de la force »

* Par ailleurs, le leader de Nouvel Élan dénonce le silence du Pouvoir congolais.

Quand les faits donnent raison à Adolphe Muzito. Il y a plus d’un an, l’ancien Premier ministre préconisait la guerre contre le Rwanda. Car, disait-il  » nous ne pouvons faire la paix qu’en menaçant Kigali « .

Sur le moment, la position du Coordonnateur de Lamuka avait été diversement commentée. Voilà que les déclarations négationnistes du Président rwandais, par rapport aux massacres commis par son Armée dans l’Est du pays accréditent la pertinence de la dialectique d’Adolphe Muzito.

En niant dans toutes les langues l’existence des crimes, pourtant documentés par des experts des Nations Unies (Rapport Mapping), Paul Kagame confirme qu’il ne comprend que le langage de la force, comme lui-même est arrivé au pouvoir par la force.

Face au silence des autorités congolaises, Nouvel Elan, parti d’Adolphe Muzito, renouvelle sa position tout en condamnant les propos du numéro 1 rwandais lors de l’interview accordée à RFI et France 24.

A la suite de l’interview accordée par Monsieur Paul Kagamé, Président du Rwanda, à Radio France Internationale, le parti politique Nouvel Élan fait la déclaration suivante :

1. En niant les crimes commis par l’armée rwandaise sur le sol congolais et contre des millions de citoyens congolais, Monsieur Kagamé exprime une fois de plus voire de trop son mépris vis- à – vis de la RDC et de son peuple.

2. En continuant de cracher sur la mémoire de Congolais victimes de crimes documentés notamment par le Rapport Mapping, Monsieur Kagamé conforte tous les patriotes congolais dans leur conviction qu’il ne saurait y avoir de paix véritable dans l’Est tant que la RDC attendra béatement que ses bourreaux se comportent en partenaires.

3. Les propos négationnistes de Paul Kagamé se doublent même de condescendance lorsqu’il affirme que l’état de siège décrété par les autorités rd congolaises n’est pas assorti de stratégies réfléchies. Ce qui constitue une insulte à l’ encontre du pouvoir de fait rd congolais.

4. Suite au précédent, Nouvel Élan déplore le silence coupable voire complice des autorités congolaises par rapport aux propos négationnistes de Monsieur Kagamé. Le même silence est observé sur le dossier Minembwe apparemment classé sans suite.

5. Nouvel Élan lance un vibrant appel aux Congolais en général et aux braves compatriotes de L’est du pays en particulier de rester mobilisés contre les ennemis de l’unité, de l’intégrité et de la souveraineté du pays.

                                                                  Fait à Kinshasa, le 18 mai 2021

Me Blanchard MONGOMBA

Sécretaire général

Adolphe Muzito en appelle à la guerre contre le Rwanda

Le nouveau coordonnateur de Lamuka, la principale plateforme de l’opposition, en appelle à la guerre contre le Rwanda. Lors de sa toute première conférence de presse organisée hier lundi 23 décembre à Kinshasa, en tant que chef de file de ce regroupement politique, Adolphe Muzito a proposé des pistes susceptibles de résoudre l’épineux problème de l’insécurité à l’Est. Notamment à Beni. Face à la presse, il répond aux questions brûlantes de l’heure.

La toute première sortie médiatique du désormais chef de file de Lamuka a été tonitruante. Adolphe Muzito n’y est pas allé avec le dos de la cuillère. Il a épinglé les dossiers brûlants de l’heure. A savoir, la crise des institutions avec, en toile de fond, la question fondamentale de l’illégitimité des animateurs de ces institutions, et de surcroît la guerre de l’Est.

S’agissant des sempiternelles tueries dans la partie orientale de la RDC, le porte-étendard de Lamuka a, dans un premier temps,  lancé un appel à l’endroit des Forces onusiennes et de la Communauté Internationale. Il s’attend ainsi à faire parler la poudre en invitant l’armée congolaise à faire la guerre au Rwanda, voire à l’annexer.

« En attendant, on peut calmer plus ou moins la situation avec la brigade d’intervention rapide. Nous avons lancé un appel à la direction de la Monusco, de la Communauté Internationale de manière générale, et à notre armée pour qu’elle se restructure. Qu’elle soit vigilante, de manière que tous les infiltrés qui  tuent soient extirpés« , a-t-il affirmé.

« Nous ne pouvons faire la paix qu’en menaçant le Rwanda »

« Sur le plan interne, dit-il, nous devons avoir une vraie défense. Et la solution à l’Est du pays, c’est qu’il faut régler la question du Rwanda. Le Rwanda influe sur la politique congolaise. L’Ouganda aussi. Nous ne pouvons faire la paix qu’en menaçant le Rwanda. En occupant son territoire, si possible. Ce n’est pas un objectif en soi, c’est une posture, si rien ne change« .

« Je le dis, poursuit-il, pour les Rwandais, comme je le dirai pour les autres voisins. C’est là où il y a une armée forte. La faiblesse du Congo, c’est la défense. Nous devons nous redresser. Retrouver notre souveraineté« .

Devant les chevaliers de la plume et du micro, cet homme politique, qui s’en va séjourner à Beni dès ce mardi, pour célébrer la fête de Noël avec ses compatriotes, compatit au malheur des populations.

Solidarité avec la population de Beni

« Notre peuple a besoin, de manière générale, d’un soutien moral et psychologique. D’abord, en tant qu’africain ou en tant qu’homme tout court. Il y a eu des morts, beaucoup de morts, des massacres et ces massacres continuent« , relève Adolphe Muzito.

« Voilà pourquoi nous y allons, renchérit-il. C’est pour faire signe de solidarité. Solidarité de nous, Lamuka, mais aussi solidarité de notre peuple. Et le reste des communautés du pays au sort et à la souffrance de cette population de Beni en particulier, et de l’Est en général. Le peuple est avec vous. Il soutient l’unité du pays« .

GLOIRE BATOMENE

Tiré de Forum n° 6051 du mardi 24 décembre 2019

Laisser un commentaire

Suivez-nous sur Twitter