Le Bac en campagne d’éthique et d’éducation dans des établissements scolaires et universitaires de Kinshasa

A Kinshasa et dans les grandes villes du pays, les mauvaises manières prennent le dessus ces jours-ci sur les bonnes. Constat fait par le Bureau d’Actions et d’éveil Culturel à l’éducation (BAC) dont Jean-Marie Ntantu Mey est le promoteur. Pour essayer d’inverser cette tendance, le BAC a lancé à Kinshasa, en collaboration avec la Commission des intellectuels de la paroisse St Augustin de Lemba, la campagne pour « l’éthique, les bonnes manières et le respect des engagements. » Objectif : renforcer l’éducation communautaire en sensibilisant les enseignants et élèves du primaire, secondaire et des étudiants dans les instituts supérieurs et universités de la capitale aux bonnes pratiques qui concourent à la formation de qualité.

Selon les organisateurs, la première édition de ladite campagne, lancée à l’occasion de la journée nationale de l’Enseignement, le 30 avril dernier, s’étendra sur un mois, avant de se clôturer le 4 juin prochain. Une date significative, en ce qu’elle symbolise la dénonciation du non-respect des engagements du régime de Mobutu envers les étudiants de l’Université de Kinshasa (Unikin) en 1971.

D’après le promoteur du BAC, Jean-Marie Ntantu-Mey, pendant toute la durée de la campagne, des ateliers, des cours, des conférences, des séminaires seront organisés dans des écoles primaires et secondaires,  ainsi que dans des instituts supérieurs et des universités, pour passer le message d’harmonisation de la vie en communauté.

Un concours écrit et oral est organisé pour sélectionner les meilleurs, qui recevront des cadeaux et de nombreux autres prix. À cet effet, le BAC de Ntantu Meyi exhorte tous ceux qui sont attachés à l’éducation, à l’éthique, aux bonnes manières et à la bonne gouvernance, à contribuer pour les cadeaux et prix,  ainsi qu’à la réussite de la campagne. via Mpesa 0812487815 et Orange money 0847516552.                           

« La crise que connaît notre pays depuis des décennies étant avant tout morale, l’homme étant d’abord esprit, pour que l’être prime sur l’avoir et le savoir, nous devons tous nous impliquer dans cette campagne« , a conclu le promoteur du BAC.

Mention spéciale à l’école primaire Emergence

Lors de la cérémonie officielle de lancement de la campagne, les élèves de l’école primaire Emergence à Yolo Nord, dans la commune de Kalamu, ont marqué l’assistance par leur savoir et savoir-faire.

L’auditoire était émerveillé par le récital de poèmes et de saynètes par des élèves de l’école primaire Emergence pour illustrer l’éthique, les bonnes manières et le respect des engagements. Ils se sont également distingués au concours oral organisé durant cette activité. 

A cette occasion, les élèves ont plaidé pour la cause de leurs formateurs, appelant le gouvernement Sama à initier des réformes dans le secteur de l’éducation aux fins d’améliorer les conditions de vie des enseignants. Le tout dans le souci d’avoir un enseignement de qualité.

Cette campagne sera menée sur base de quelques supports didactiques. Notamment « Les bonnes manières » du Dr Gratien Bolie Mabiala et le recueil de poèmes « Pensée libérée et libératrice » de Jean-Marie Ntantu-Mey. A cela s’ajoutent  les manuels de cours d’Education civique et d’Education à la vie. Les enseignants de ces deux matières sont étroitement associés à cette campagne.

S’adressant à l’assistance, le Dr Gratien Bolie demande à remercier tous les éducateurs. « Nous avons l’impression qu’ils sont durs avec nous mais, ils nous apprennent les valeurs de la vie, et celles-ci sont résumées dans les bonnes manières. Parce que derrière chaque règlement à l’école, il y a une valeur. Les bonnes manières sont ces lois qui nous permettent de créer l’harmonie dans notre société, parce qu’elles ont pour base l’amour du prochain. C’est la base de tout. Avoir de bonnes manières, c’est simplement considérer l’autre avec bienveillance, tenir compte de ses sentiments, de ses faiblesses », explique l’auteur. Et d’ajouter: « Les bonnes manières, c’est ce cadeau que les éducateurs donnent aux enfants pour pouvoir évoluer dans cette vie sans beaucoup de problèmes. »

« Le veridisme » porté sur les fonts baptismaux

Un autre temps fort du lancement de la campagne pour « l’éthique, les bonnes manières et le respect des engagements », après la déclamation de poèmes et la présentation des saynètes, est le baptême du recueil des poèmes « Le Veridisme » de Jean-Marie Kusukila, par Jean-Marie Ntantu-Mey. Dans son speech de circonstance, il remercie les organisateurs, en particulier le promoteur du BAC, Jean-Marie Ntantu-Mey, pour lui avoir offert cette opportunité qui a donné lieu au vernissage de son livre. D’après l’écrivain, le « veridisme » est un courant de pensée qui consiste à promouvoir la vérité. « Je ne suis pas le premier à parler de la vérité. Mais je ne fais que continuer l’évangile de la vérité qui a commencé avec l’apparition de l’homme sur la terre jusqu’à nos jours… En tant qu’écrivain et homme de culture, je me fais ce devoir de transmettre cette valeur universelle qui n’est rien d’autre que la vérité« .

A noter que c’est le délégué de la sous-coordination des écoles conventionnées catholiques de Mont-Amba, Vincent de Paul Annem qui avait donné le go ce cette campagne de plus d’un mois. C’était en présence de plusieurs élèves, écrivains, poètes ainsi que des partenaires du secteur éducatif.   

Didier KEBONGO

Laisser un commentaire

Suivez-nous sur Twitter
eskort eskişehir - adana eskort - escort - izmit eskort - mersin eskort