Kabund sollicite l’appui de ses collègues pour la catastrophe de Goma

«La ville de Goma dans la province du Nord-Kivu a connu, le samedi 22 mai, une activité sismique du volcan Nyiragongo suivie d’un séisme de magnitude 3 qui a causé des dégâts énormes. Le bilan fait état de 15 morts et de plusieurs  dégâts matériels. La situation sur place étant très difficile, nous gardons une pensée pieuse à l’endroit de toutes les victimes. Il faut aussi noter que le gouvernement de la RDC suit de  près  cette situation et a pris des mesures nécessaires pour garantir la sécurité de la population. Etant donné que la situation reste très préoccupante, nous pensons que les  parlementaires membres de l’Union interparlementaires peuvent soutenir la RDC sous plusieurs formes», a plaidé le 1er vice-président Jean-Marc Kabund au cours de la 142ème session de l’Union interparlementaire qui se tient du 25 au 26 mai en visioconférence sous  le thème: «Surmonter la pandémie aujourd’hui et mieux construire l’avenir : le rôle des Parlements».

Bien avant cette communication, le numéro 2 de l’Assemblée nationale s’est félicité de la bonne santé des finances de l’organisation. «Nous avons demandé la parole, c’était pour intervenir sur les finances de notre organisation. Nous tenons à féliciter énormément le secrétaire général et toute son équipe qui abat un travail de titan. En cette période de Covid-19, toutes les économies sont paralysées, mais grande est notre joie d’apprendre que notre institution se porte à merveille sur le plan financier. Et pour la question sous examen, la RDC n’a pas d’objection à faire», a déclaré Jean-Marc Kabund. 

Par ailleurs, il a exprimé les vives préoccupations de la RDC sur la question les droits de la jeune députée zimbabwéenne ayant fait l’objet d’un rapport de la Commission des droits de l’Homme de l’Union interparlementaire. «La délégation de la RDC soutient ce rapport mais nous sommes autant préoccupés par la situation de la collègue Joanna Mamombe du Zimbabwe. Nous demandons au secrétaire général de mettre  des moyens à la disposition du comité pour que la commission qui doit descendre à Harare soit à pied d’œuvre le plus tôt  possible». Parce que, a-t-il expliqué, «Nous constatons qu’il y a un temps si long entre le moment de décision de mettre sur pied une commission d’enquête et la descente sur terrain. Et, nous craignons que la situation telle que dépeinte dans le rapport puisse s’aggraver ou continuer à être très préoccupante. Nous sommes très préoccupés à plusieurs égards, notamment parce que la collègue Joanna Mamombe est une jeune députée comme on l’a décrite et en même temps, c’est une femme. Toutes ces situations nous poussent à nous intéresser à sa situation, mais aussi nous tenons à remercier le  Comité des droits de l’Homme pour son rapport très fouillé, et la RDC soutient ce rapport», a-t-il relevé.

Pour rappel,  cette activité se tenait dans le cabinet de travail du 1er vice-président Jean-Marc Kabund pendant que les élus nationaux  examinaient les sept projets de lois portant ratifications des accords de prêt et de crédit présentés par le ministre de Finances.

Mathy MUSAU

Laisser un commentaire

Suivez-nous sur Twitter
eskort eskişehir - adana eskort - escort - izmit eskort - mersin eskort