Un gouvernement des « guerriers » pour imposer la paix à l’Est !

Ça tombe à pic que le gouvernement de Samba Lukonde soit dit des « warriors », c’est-à-dire des « guerriers ». C’est justement ce dont les Congolais ont ardemment besoin en ce moment précis pour aller mettre militairement à genou les innombrables groupes armés qui mettent à feu et à sang tout l’Est de la RDC avec hiérarchiquement en tête les islamistes ougandais des ADF. D’où, il ne faudrait surtout pas que le mot « guerriers » ne vienne s’entendre que sur le plan théorique. Sans plus. Alors que c’est par des actes, donc la force qu’on attend de voir ce gouvernement-Sama Lukonde imposer la paix dans tout l’Est de la RDC. Plus facile à dire qu’à faire.

C’est tout un chantier pour le gouvernement qui doit en faire la priorité des priorités. Ce qui passe obligatoirement par le traitement que le gouvernement va réserver aux FARDC, sa propre armée qui n’a pas besoin de l’appui de la MONUSCO pour frapper en réservant une chiquenaude à tous ces seigneurs de guerre de l’Est. Déjà avec le très peu de moyens que le gouvernement met à la disposition de l’Armée, celle-ci fait des miracles sur le front de guerre.

Ce qui veut dire que le problème qui se pose à ce jour n’est pas au niveau de l’homme, c’est-à-dire le soldat engagé sur le terrain des opérations mais c’est plutôt de le placer dans les conditions qui se conforment aux standards internationaux en cette matière. C’est là où Sama Lukonde doit faire la différence avec tous les autres Premiers ministres qui lui ont succédé. Car son soldat qui est déployé au front de l’Est jusqu’aujourd’hui dispose de la formation militaire requise pour faire le boulot, il est même plus courageux et plus motivé que les Casques bleus de l’ONU.

Mais il évolue généralement dans des conditions difficiles. C’est ce qui doit radicalement changer. C’est dans cette même armée des FARDC qu’ont évolué un certain colonel Mamadou Ndala et le général Jean-Lucien Bahuma, chef commando, d’heureuse mémoire, dont on connait les hauts faits d’armes au front du même Est de la RDC où ils ont fait battre en retraite les rebelles du M-23 militairement soutenus par le Rwanda et l’Ouganda.

En 2009, c’est toujours la même armée des FARDC qui avait livré les opérations conjointes de traque contre les Hutu rwandais des FDLR avec l’armée rwandaise et aussi avec l’armée ougandaise contre les ADF/NALU. Rwandais et Ougandais avaient apprécié à juste titre la bravoure des soldats congolais engagés dans ces opérations. Le Premier ministre Sama Lukonde doit placer son armée, les FARDC dans les mêmes conditions qu’autrefois le Pouvoir de Joseph Kabila les avait placés en 2009 pour les opérations conjointes.

 L’armée commence à connaitre des difficultés lorsqu’il y a des Accords d’intégration des rebelles dans ses rangs. On avait oublié qu’un rebelle devient rarement et difficilement loyaliste. On avait les Kundabatware et les Bosco Taganda, d’anciens rebelles du RCD/Goma intégrés dans l’armée. Qu’ont-ils fait par la suite. Par eux, le Rwanda a créé une nouvelle rébellion, celle du CNDP et le M-23. C’est cette erreur grave que les Congolais ne doivent jamais voir se reproduire dans l’armée nationale où se retrouveront des officiers supérieurs et généraux qui font allégeance aux Etats voisins notamment le Rwanda et l’Ouganda. L’exemple, ce sont les généraux Laurent Nkundabatware et Bosco Ntaganda qui sont d’anciens soldats de l’APR « Armée patriotique rwandaise » de Paul Kagame. Plus jamais ça.

KANDOLO M.

Laisser un commentaire

Suivez-nous sur Twitter