Les députés face à leurs responsabilités ce lundi

* »Si vous voulez avancer, donnez-moi ce gouvernement pour apprécier ce que nous allons faire», a lancé le chef de l’Etat aux députés qu’il a rencontrés le samedi dernier à la Cité de l’UA.

Fini le suspense. L’audition du programme et l’investiture du gouvernement Sama Lukonde sont confirmées pour ce lundi 26 avril. L’annonce a été faite par le rapporteur du Bureau de l’Assemblée nationale, Lembi Libula.

«Plénière à l’Assemblée nationale ce lundi 26 avril 2021 à 10 heures dans la salle de congrès du Palais du peuple. Un seul point à l’ordre du jour : audition du programme et investiture du gouvernement Sama Lukonde Kyenge Jean Michel», annonce le communiqué signé par le Rapporteur du Bureau de l’Assemblée nationale.

Selon des sources à l’Assemblée nationale, l’équipe  Sama  devrait être investie à l’issue de la séquence des réponses aux questions des députés nationaux. Histoire de permettre au Gouvernement de devenir opérationnel le même jour.

Le chef de l’exécutif avait indiqué que son programme a tenu compte de tous les aspects de la vie nationale. Il prévoit des actions qui visent à consolider un Etat fort, prospère et solidaire. Ledit programme a été distribué aux élus depuis quelques jours déjà. Ils sont appelés à l’approuver pour permettre au Gouvernement de l’Union sacrée de se mettre à l’ouvrage et prendre à bras le corps les problèmes du peuple.

Implication personnelle du Chef de l’Etat

Depuis la publication le 12 avril de la composition du Gouvernement Sama,  certains partis, regroupements et personnalités politiques de l’Union Sacrée pour la Nation (USN) ont exprimé haut et fort leur mécontentement. D’autres, les plus frustrés qui ne se sont pas retrouvés sur la liste, étaient allés jusqu’à demander  un réaménagement de cette équipe,  faute de quoi, ils ne procéderaient pas à l’investiture du Gouvernement obtenu pourtant après des tractations difficiles.

Le Premier Ministre Jean-Michel Sama s’est entretenu avec les élus frondeurs  pour tenter de calmer le jeu. Rien n’y fait, la menace planait toujours. Pour décanter la situation, le Chef de l’État, Félix Tshisekedi  s’est vu obligé d’intervenir personnellement. Il a reçu le samedi 24 avril les députés nationaux, ministres et sénateurs de l’Union Sacrée de la Nation.

Dans son adresse, le Président de la République s’est employé à dissiper les malentendus et autres suspicions «dangereuses» en exhortant  les députés de se mettre au travail.

«Nonobstant les mauvaises langues et prophéties des malheurs, avec votre présence, l’USN est bel et bien indivisible», a dit  Félix Tshisekedi, insistant sur le fait que «maintenant le plus dur reste à faire. Le 6 décembre dernier, mon appel a été que le travail commence. Et que cela ne souffre d’aucune contestation juridique».

Le chef de l’État a aussi fait savoir qu’il compte sur les députés pour mettre en œuvre sa vision. «Je compte sur vous pour que nous réalisions nos promesses faites au peuple. Ce dernier qui nous a acclamés peut aussi, demain, nous descendre à cause de nos propres turpitudes. J’étais déçu du fait que nous avons voulu souiller notre propre action», a-t-il fait savoir.

Et de poursuivre : «Je suis bloqué pour prendre des décisions à cause de l’absence du gouvernement. Si vous voulez avancer, donnez- moi ce gouvernement pour apprécier ce que nous allons faire».

Face aux élus, le président de la République a su également  montrer sa détermination à travailler  pour le bien-être de ses compatriotes.

«Je tiens à l’amélioration des conditions de vie de la population. Le manque d’un gouvernement investi a un impact immédiat sur notre économie. J’ai besoin que nous passions vite à l’action si nous ne voulons pas récolter la colère de notre peuple».

Le Chef de l’Etat n’a pas non plus oublié ses compatriotes de l’Est. «La priorité est la paix à l’Est et au Grand Nord. Je suis heureux, parce que vous avez pris ce problème à bras le corps. Face à l’ennemi visible et invisible, mettons-nous ensemble. La situation à l’Est devient urgente. J’attends de vous le changement… », a-t-il dit.

Le président de la République s’est engagé aussi à respecter le cycle électoral. «Je vous demande d’adopter le programme du gouvernement. Plusieurs réformes sont attendues  comme, par exemple, celle du processus électoral. Nous devons tordre le cou à ceux qui disent que nous voulons éviter les élections. Il y aura bel et bien élections en 2023».

Pour le Chef de l’Etat, l’identification n’est pas un obstacle aux élections. «L’identification n’est pas un obstacle pour ne pas aller aux élections. C’est possible de faire l’identification et concomitamment avoir des élections. Nous devons savoir qui est Congolais et qui ne l’est pas», a insisté Félix Tshisekedi.

Pour finir son speech, le président de la République a invité les députés à ne pas voler l’État. «Arrêtons de voler notre pays. Nous sommes détenteurs de plus de 60% des minerais à travers la planète. Si nous dormons, on va nous faire la guerre et perdre le contrôle de notre pays. Et après, ils vont nous abandonner après avoir exploité. Je veux que dans 50 ans que les Congolais vivent heureux et libres», a-t-il conclu.

Didier KEBONGO

Laisser un commentaire

Suivez-nous sur Twitter
eskort eskişehir - adana eskort - escort - izmit eskort - mersin eskort