Lamuka: marche de demain samedi confirmée

* Par cette procession tout autant citoyenne, pacifique que patriotique , le duo Muzito-Fayulu entend exprimer ouvertement et de plus belle manière la solidarité du pays réel avec les compatriotes de.l’Est victimes au quotidien des massacres des ADF et autres sanguinaires de tous bords, indique-t-on à l’état-major de Lamuka.

Sauf contretemps de grande envergure de dernière minute et de mauvais augure du genre pluie torrentielle, la marche projetée par le tandem Muzito-Fayulu est confirmée. Elle aura bel et bien lieu ce samedi 24 avril dans la capitale congolaise.

Le duo Muzito- Fayulu est déterminé à conduire, comme un seul homme, tout soudés et solidaires avec les compatriotes en détresse, ce samedi 24 avril la marche de solidarité avec les Congolais habitant les provinces du Kivu et de l’Ituri, devenues deux zones martyres.

Une procession pour dire non aux massacres quotidiens, devenus le vécu de ces compatriotes. Loin d’être considérée comme une marche d’une seule plateforme politique, de deux personnes, la marche de ce samedi demeure une manifestation populaire pour exprimer la solidarité de la Nation toute entière.

Une manif qui intervient, ajoute-t-on, au moment où la classe dirigeante donne priorité au partage du pouvoir et à la liquidation des contentieux politiciens entre alliés, FCC-CACH. En témoignent les peripéties sur la formation du nouveau gouvernement; ainsi que les réclamations des uns et des autres des non-satisfaits ou des non-servis dans ce partage du gâteau.

NON AU GENOCIDE DU CONGOLAIS ET A LA BALKANISATION

Pendant ce temps, les groupes armés continuent d’égorger, d’éventrer, de démembrer une partie de ceux au nom desquels semblent parler ou agir ces politiciens. Par conséquent, les Congolais qui n’en peuvent plus, manifestent et expriment chaque jour leur exasperation, leur ras-le-bol. En témoignent des manifestations contre la Monusco dans certaines villes du Grand Nord. En témoignent également les manifs en Ituri face à l’absence de réponse, à leur martyr, à l’inaction incomprehensible de l’armée et de la Monusco, ainsi qu’au silence tonitruant du pouvoir.

Pour rappel, le Présidium de Lamuka a annoncé organiser une ‘’marche de solidarité aux compatriotes de l’Est’’ sur toute l’étendue du territoire national.

Les organisateurs de cette marche promettent de marcher ‘’dans le strict respect des gestes barrières’’ en disant: ‘’Non au génocide du peuple congolais et non à la balkanisation’’ de la République démocratique du Congo. Ladite manifestation est organisée conjointement avec d’autres organisations politiques et de la Société civile.

DE MASINA PASCAL A L’ESPLANADE TRIOMPHAL

       Selon un communiqué de cette plateforme politique, cette marche partira de Masina Pascal pour aboutir à l’Esplanade Triomphal.

Début avril, exaspérés et ne sachant plus à quels dirigeants se fier, les habitants de Beni, des jeunes en majorité, ont manifesté contre la Monusco ainsi que l’armée congolaise pour protester contre les massacres en série attribués au groupe armé des ADF (Forces démocratiques alliés). Ils ont ainsi dénoncé «l’inaction» et la passiveté de l’armée congolaise et des Casques bleus face à ces tueries à répétition.

Ces manifestations ont, malheureusement dégénéré à Goma, chef-lieu du Nord-Kivu, avec deux personnes tuées. Pendant une semaine, les manifestations contre l’insécurité se sont poursuivies à Butembo, près de Beni, faisant plusieurs morts. Comme si le nombre de morts massacrés par les ADF à Beni depuis 2014 ne suffisait pas.

LES ELUS DE L’ITURI SUSPENDENT LEUR PARTICIPATION AUX PLENIERES

Le mercredi 21 avril, des députés nationaux originaires de l’Ituri ont même dû suspendre leur participation aux plénières pour protester contre ce qui apparait comme l’inaction du Pouvoir.

En agissant ainsi, les élus du peuple originaires de l’une des provinces devenues martyres, en raison de l’insécurité érigée en mode de vie, se disent solidaires avec la population meurtrie, mieux leurs compatriotes de ce coin. Ils accusent le pouvoir de ne montrer aucune volonté de mettre fin à cette situation deplorable.

Ils se sentent indignés de continuer de siéger pendant que leurs électeurs continuent à mourir sans aucune action contraignante réelle de la part des dirigeants. Ces députés ne sont pas à leur première expression de desapprobation à l’égard de la situation d’insécurité prevalant en Ituri.

La première action menée par le groupe des députés originaires de l’Ituri est le sit-in qu’ils avaient organisé devant le perchoir de la sale de Congrès au Palais du peuple. Une action qui n’avait produit aucune reaction de la part des décideurs, déplorent-ils.

3ème JOURNEE VILLE MORTE EN ITURI

Pendant ce temps, la province martyre vivait sa 3ème journée ville morte organisée à l’initiative des organizations de la Société civile pour denoncer l’insécurité grandissante qui a élu domicile dans cette partie du pays.

La marche de Lamuka de ce samedi ainsi que toutes ces actions menées ci et là pour exprimer la solidarité de tout un peuple avec la population de la partie orientale et, par voie de conséquence, dénoncer l’inaction et la passiveté des Casques bleus et des FARDC face à ces massacres vont arriver à pousser ceux qui ont la manette de commandement à réagir ?

L’affirmative à cette question reste possible. En effet, le Président Félix Tshisekedi, à l’issue de sa rencontre avec son homologue kényan le mercredi 21 avril à Kinshasa, a annoncé, au cours d’une conference de presse conjointe, le lancement sous peu de la reaction musclée des FARDC.

Kléber KUNGU

Laisser un commentaire

Suivez-nous sur Twitter
eskort eskişehir - adana eskort - escort - izmit eskort - mersin eskort